Archive | 7,mai, 2008

une fleur, un soir

Dans ton existence, tu as semé autour de toi,

Du bonheur et des éclats de joie.

Ton doux sourire et tes yeux malicieux

rendaient heureux les jeunes et les plus vieux.

Pourtant de la rose tu as souvent éprouvé la piqûre des épines,

Mais ta force et ta foi n’ont jamais laissé place à l’humeur chagrine.

Ta bonté et ton accent chantant,

Tels un tapis de violettes au printemps,

Ravissaient discrètement

Le coeur de ton enfant.

Mais un jour tu es parti

Vers un lointain pays,

Pris un autre chemin,

Celui où le bonheur n’a pas de fin.

Tu es parti, telle une fleur un soir qui se referme,

Pour refleurir là-bas, où chaque vie arrive à son terme.