Archives de tags | coings

Liqueur de coings

Je vous avais promis cette recette pour le 12 Novembre…..oups…j’ai du retard, désolée !!

Mais bon, s’il vous reste quelques coings et si vous désirez l’essayer, il est encore temps avant les fêtes, puisqu’il faut un mois de macération avant de mettre en bouteille ! Encore une déclinaison de ce délicieux fruit qu’est le coing.


Pour environ une bouteille

– 1 kilo de coings

– 300 g de sucre en poudre

– 1 anis étoilé 

– 1 litre d’alcool pour fruit à 40° /45° environ

Brosser et éplucher les coings et les couper en morceaux. Mettre les morceaux, les épluchures bien propres et le coeur dans un grand saladier ou boîte ou encore bocal en verre qui puisse fermer (bien enlever les parties abîmées).

Ajouter l’alcool, le sucre et l’anis étoilé et bien mélanger. Fermer le récipient.

Remuer une ou deux fois par jour, chaque jour pendant la première semaine.

Après une semaine l’alcool commence à se teinter en jaune pâle et le coing en marron.  A présent, laisser reposer mais n’oubliez pas de remuer le mélange de temps en temps.

Après un mois, filtrer une première fois avec une grande passoire pour enlever les morceaux de coings.

Une deuxième fois à travers un linge propre ou  un tamis très fin au dessus d’un grand récipient.

Transvaser dans une bouteille , bien boucher et ranger dans un endroit frais.

A déguster avec modération, bien sûr !!

Verrine de coings à la mousse de mascarpone vanillée

Pour les coings, c’est la dernière ligne droite..encore une dizaine et c’est fini ! Mon mari qui les aime beaucoup m’a demandé d’improviser, si possible, un nouveau dessert. Comme il me restait du mascarpone, cela a été vite vu.

Je vous propose donc ma petite impro toute simple mais qui a beaucoup plu à toute la famille.  Elle est composée d’une compotée de coings, d’une mousse de mascarpone à la vanille et d’un miroir de gelée de coings. Les trois textures se marient fort bien et sont très agréables en bouche. A essayer également avec d’autres fruits de saison.


Pour 4 personnes (4 grandes verrines)

Pour la compotée de coings

– 2 coings

– un grand verre d’eau

– 30 g de sucre en poudre

Pour la mousse de mascarpone

– 150 g de mascarpone

– 2 oeufs extras-frais

– 60 g de sucre en poudre

– 1/2 gousse de vanille

– 2 grammes de gélatine en feuilles

Pour le miroir

– 8 c. à café de gelée de coings (maison pour moi)

– 1/2 c. à café d’agar-agar

Préparer la compotée : Brosser et peler les coings. Les couper en tout petits dés et les mettre dans une casserole avec l’eau et le sucre. Laisser cuire doucement jusqu’à ce que les coings soient bien tendres (rajouter un peu d’eau en cours de cuisson si besoin). Laisser refroidir et mettre dans le fond de quatre verrines. Réserver.

Préparer la mousse : mettre la gélatine à ramollir dans de l’eau froide.

Dans un saladier assez grand, fouetter les jaunes d’oeufs avec le sucre jusqu’à ce que l’ensemble blanchisse.

Dans une casserole, faire fondre tout doucement et complétement le mascarpone avec les graines de vanille de la gousse grattée. Rajouter la gélatine bien essorée et la faire fondre dans le mascarpone en tournant bien. Verser ce mélange sur les jaunes d’oeuf/sucre et fouetter énergiquement.

Monter les blancs d’oeufs en neige ferme avec une pincée de sel et les incorporer délicatement au mélange précédent.

Répartir dans des verrines sur les coings et placer au frigo pendant 2 heures.

Préparer le miroir : dans une petite casserole, mettre les 8 cuillères à café de gelée de coings et chauffer doucement pour la fluidifier. Ajouter l’agar-agar, bien mélanger et laisser frémir une minute environ en remuant. Laisser tiédir et répartir sur le dessus de chaque verrine.

Réserver encore au frais jusqu’à ce que le miroir prenne.

Petits clafoutis à l’amande et aux fruits d’automne

C’est dans un ancien Maxi Cuisine que j’ai pioché cette recette qui a été tellement appréciée , que commande est déjà passée pour une nouvelle tournée !! Il est vrai que ces petits clafoutis individuels bien moelleux sont un régal avec des saveurs qui se marient fort bien.

Dans la recette originale, il y avait 300 g de mangue que j’ai remplacée par des coings (et oui, encore eux mais plus pour longtemps), pochés au préalable dans un sirop léger…dé-li-cieux !


Pour 4 personnes

– 2 pommes

– 1 poire

– 300 g de mangue (remplacée pour moi par deux coings)

– 20g + 40 g de beurre très mou

– 1 oeuf

– 40 g de sucre

– 50 g de poudre d’amandes

– 2 gouttes d’extrait d’amandes amères (n’étaient pas dans la recette)

– 1 belle c. à soupe de farine

– 50 ml de crème fraîche

– sucre glace pour le décor

Si vous utilisez des coings, les peler, les couper en dés et les pocher dans 250 g d’eau + 50 sucre pendant 20 minutes.

Peler les pommes et la poire, les couper en dés ainsi que la mangue.

Dans une poêle, mettre les 20 g de beurre et y faire revenir les pommes et la poire pendant 5 minutes en remuant. Ajouter la moitié des coings (de la mangue) et cuire encore 2 minutes. Laisser refroidir.

Préchauffer le four à 210°C.

Dans un saladier, fouetter au batteur électrique l’oeuf et le sucre. Ajouter 40 g de beurre très mou, la poudre d’amandes, la farine et la crème fraîche. Mélanger à la main et ajouter délicatement aux fruits refroidis.

Beurrer 4 cercles individuels de 7 cm de diamètre environ, les poser sur une tôle à pâtisserie garnie de papier sulfurisé.

Les garnir de la préparation et cuire pendant 20 minutes. Laisser refroidir.

Avant de servir, ôter les cercles, déposer chaque clafoutis sur une assiette. Décorer du reste des coings (ou de mangue) revenu dans 10 g de beurre (j’ai également rajouté une cuillère à soupe de gelée de coings maison). Saupoudrer de sucre glace et déguster.

Conseil : si vous n’avez pas de cercles, vous pouvez utiliser des ramequins ou un plat unique.

Sabayon aux coings et son caramel à la vanille

Nombreux êtes-vous sans doute, qui, comme moi, avez encore des coings à cuisiner. Pour ma part, il m’en reste quelques uns après avoir fait gelée, compotes, tartes et liqueur (recette ici le 12 novembre..elle macère pour l’instant !).

Alors aujourd’hui, je vous livre ma petite improvisation pour en utiliser quelques uns en dessert gourmand.

J’ai simplement fait un sabayon (au thermomix), posé par-dessus des tranches de coings pochées dans un sirop léger, passé quelques secondes sous le gril, et le tout recouvert d’un caramel à la vanille, pour lequel j’ai utilisé le jus de cuisson des coings.

Résultat : toute la famille a beaucoup apprécié ce dessert aux saveurs et textures équilibrées. A refaire sans hésiter.


Pour 4 personnes

Pour pocher les coings

– 500 ml d’eau

– 100 g de sucre en poudre

– 3 coings (2 s’ils sont très gros)

Pour le sabayon (au thermomix selon la recette du chef Jacques Lamenoise). Une autre recette très simple, hyper mousseuse à base de vin blanc doux existe, je la publierai prochainement.

– 70 g de sucre

– 1/2 gobelet d’eau

– 5 jaunes d’oeufs

– 1 gobelet de crème entière liquide

Pour le caramel à la vanille

– 100 g de sucre en poudre + 1 c. à soupe d’eau

– 150 g de jus de cuisson des coings

– 1/2 gousse de vanille

Laver, éplucher et couper les coings en 4 et faite des tranches de 4 mm environ . Les faire cuire 30 minutes dans le sirop eau + sucre. A l’aide d’une écumoire, enlever délicatement les tranches de coings et réserver.

Prélever 150 g de ce jus de cuisson et réserver pour le caramel.

Préparer le sabayon au thermomix : Introduire le sucre et l’eau dans le bol et régler 4 minutes à 90° vitesse 2.

Vider puis remettre 100 g de ce sirop dans le bol avec les jaunes d’oeufs. Régler 15 minutes à 70° vit. 2 Vider dans un saladier.

Nettoyer et refroidir le bol, le sécher. Introduire 1 gobelet de crème en plaçant le fouet et mixer 50 secondes vit. 2,5.

Incorporer délicatement au contenu du saladier quand il est froid en continuant de mixer à la même vitesse quelques secondes pour bien tout amalgamer et obtenir une texture mousseuse.

Verser le sabayon dans le fond de 4 petites assiettes.

Préparer le caramel : Dans une petite casserole, faire fondre le sucre avec une c. à soupe d’eau jusqu’à l’obtention d’un caramel blond/ambré. En faisant très attention aux projections brûlantes et hors du feu, rajouter les 150 g de jus de cuisson des coings en mélangeant vivement. Remettre sur feu doux en rajoutant la demi-gousse de vanille. Laisser bouillir doucement pendant environ 6 minutes en remuant très souvent. Le caramel doit être lisse et d’une jolie couleur ambrée. Réserver.

Déposer des tranches de coings sur le sabayon. Passer quelques petites minutes sous le grill en surveillant bien (on peut se passer de cette étape).

Verser le caramel à la vanille sur les coings et déguster. En ce qui nous concerne, nous l’avons dégusté froid, mais je pense que cela peut être très bon également chaud ou tiède.

Tatin aux coings, pommes et verveine

La récolte de fruits d’automne est abondante cette année et c’est tant mieux.  Chez moi, il y a des pommes dans tous les coin(g)s et tous ces coings à cuisiner…c’est pour ma pomme !!

Je vous propose donc aujourd’hui une tarte très agréable à déguster chaude ou tiède (ou même froide) avec une pointe de crème fraîche si vous le désirez. La verveine est facultative mais apporte une petite note subtile agréable. Recette trouvée sur le blog « A boire et à manger« .


une pâte brisée ou feuilletée de 200 g environ : pâte brisée pour moi faite en une minute dans le thermomix avec :

– 230 g de farine

– 70 g de beurre

– 20 g d’huile

– 3/4 de gobelet d’eau (soit 60 g environ)

– 1 c. à café de sucre

– 1 pincée de sel

Pour la garniture

– 2 jolis coings

– 4 pommes

– 12 ou 15 feuilles de verveine (facultatif)

– 50 g de beurre

– 150 g de sucre

Faire un sirop avec 750 ml  d’eau, 150 g de sucre et la verveine.

Laver, éplucher et couper les coings en 4 et faite des tranches de 4 mm environ . Les faire cuire 30 minutes dans le sirop.

Eplucher les pommes, les couper en 4 puis en 3 morceaux. Les rajouter aux coings à mi-cuisson.

Préchauffer le four à 200° C.

Récupérer délicatement les coings, la verveine et les pommes à l’écumoire. Faire réduire le sirop jusqu’à l’obtention d’une consistance de caramel « souple ». Rajouter alors le beurre.  Bien mélanger et déposer dans le fond d’un moule à tarte ou à manqué. Déposer les fruits par-dessus (jeter les feuilles de verveine).

Etaler la pâte de la dimension un peu supérieure à celle du moule pour pouvoir enfoncer la pâte sur tout le pourtour. Déposer cette pâte sur les fruits et la faire descendre sur les côtés, comme pour toutes les tatins.

Enfourner et laisser cuire 30 minutes. Retourner et servir chaud ou tiède.

Gelée de coings

Tout comme pour la pâte de coings, c’est la première fois que je fais de la gelée…et je dois avouer que pour une première, je suis vraiment très satisfaite du résultat. Je n’ai suivi aucune recette particulière.  Ce fut un vrai bonheur pour moi cette année de découvrir concrètement le coing (jusque là, je me contentais de l’admirer sur les arbres !). J’ai donc fait 7 pots de gelée avant-hier soir et déjà le lendemain nous avons pu nous en régaler. Goût, texture et couleur…tout pour plaire, j’espère en refaire très vite !

DSC02532DSC02460DSC02537

Comment j’ai procédé : j’ai lavé, ou brossé sous l’eau plus exactement,  les coings afin de les débarrasser de leur duvet. Je les ai découpés en gros quartiers et mis dans le récipient de cuisson (en laissant tout : peau, pépins). J’ai recouvert d’eau à niveau, c’est à dire que les fruits étaient à peine recouverts d’eau. J’ai laissé cuire ainsi jusqu’à ce que les coings soient bien tendres et se défassent même un peu.

Ensuite j’ai laissé ainsi macérer plusieurs heures. Je voulais laisser toute la nuit, mais j’étais trop pressée de faire cette gelée. Je me suis dit que peut-être ainsi le goût serait renforcé.

Ensuite j’ai placé un tamis très fin au dessus d’un grand récipient, et j’ai déposé louche par louche les coings avec le jus de cuisson dans ce tamis en appuyant fort avec le dos de la louche pour extraire le maximum de jus. Finalement, ce fut assez rapide.

J’ai alors pesé le jus, remis dans le récipient de cuisson et j’ai rajouté 800 g de sucre cristallisé par kilo de jus + 1 jus de citron.

J’ai mis à cuire le tout jusqu’à ce que lorsqu’on trempe une cuillère en bois dans la gelée, la dernière goutte qui se forme se fige. Ne pas oublier de tourner régulièrement la gelée, surtout en fin de cuisson.  C’est ce test de la goutte qui se fige qui doit déterminer si l’on arrête ou prolonge la cuisson.

Mettre dans des pots en verre propres et secs, les fermer et les retourner jusqu’au refroidissement.

DSC02469