Archives de tags | chocolat

Rochers amandes-chocolat-gavottes

Je vous propose aujourd’hui une gourmandise totalement irrésistible que j’ai découverte il y a quelques temps chez Maiwenn du blog « La main à la pâte« . Les fêtes qui approchent seront pour vous peut-être l’occasion de les tester, pour moi ce sera l’occasion de les refaire, c’est sûr ! A la fois très croustillantes et  bien moelleuses, ces bouchées hyper gourmandes explosent de saveurs en bouche pour notre plus grand plaisir !


– 150g de poudre d’amandes

– 60 g de sucre semoule

– 1 c. à soupe d’huile neutre

– 20 g de beurre fondu

– quelques gouttes d’extrait d’amandes amères

– 1 blanc d’oeuf

Amandes entières non mondées

Pour le décor :

– 30 g d’amandes émondées, grillées et concassées

– 200 g de chocolat blanc

– 70/80 g de gavottes ( crêpes dentelle)

Dans un grand saladier, mélanger la poudre d’amandes, le sucre, l’huile et le beurre fondu. Ajouter l’extrait d’amandes amères et malaxer le tout pour obtenir une pâte d’amandes facilement façonnable.

Ajouter du blanc d’oeuf petit à petit. La pâte doit être bien homogène, ni trop épaisse, ni surtout pas assez. Laisser durcir la pâte une à deux heures au réfrigérateur.

Préchauffer le four à 170°C. Sortir la pâte du frigo et façonner des petites boules de la taille d’une noix en insérant une amande entière au coeur de la pâte. Les disposer sur une plaque recouverte d’une feuille de cuisson et enfourner 10 à 15 min, elles doivent à peine dorer. Laisser refroidir.

Pour l’enrobage croustillant, faire fondre le chocolat blanc tout doucement au bain-marie  et ajouter les gavottes écrasées et les amandes concassées. Bien mélanger.

Enrober chaque boule de pâte d’amande de ce croustillant (il faut bien faire adhérer le croustillant). Cette opération n’est pas évidente et pour la faciliter, vous pouvez poser votre bouchée sur un plat (éventuellement dans une caissette en papier) et faire ainsi adhérer le croustillant sur le dessus et les côtés.  Garder au réfrigérateur jusqu’au moment de servir.

Chocolats de Noël à la fève de Tonka et chocolats au rhum/raisins

Je n’attends jamais Noël pour essayer de nouvelles ganaches qui me passent par la tête, pour faire mes chocolats. Je teste avant et retiens celles qui ont eu le plus de succès pour les refaire au moment des fêtes. C’est ce que j’ai fait récemment avec ce duo de chocolats.

Résultat des courses : ils ont disparus en un rien de temps, délicieux tous les deux. Cependant, mon fils et moi avons eu un grand coup de coeur pour celui à la fève de Tonka (découverte il y a peu de temps)…un chocolat d’une très grande finesse et d’un arôme subtil à tomber !

Petit rappel des chocolats déjà publiés :

– les roches pralinés, cliquez ici

– chocolats fourrés café/noix, cliquez ici

– chocolats fourrés à la framboise, cliquez ici

– chocolats fourrés au caramel beurre salé et chocolats fourrés menthe/cerise, cliquez ici

– chocolats pralinoise feuilletés, cliquez ici

– chocolats blancs à l’orange et grand Marnier, cliquez ici

– mendiants de Noël, cliquez ici

Chocolats à la fève de Tonka


Pour 15 chocolats environ (tout dépend de la taille des moules)

– 150 g environ de chocolat noir à pâtisser

Pour la ganache

– 70 g de chocolat au lait à pâtisser (ou moitié chocolat au lait, moitié chocolat noir, c’est ce que j’ai fait)

– 35 g de crème fraîche entière liquide

– 1/4 de fève de Tonka râpée finement

Faire fondre très doucement environ 80 g de chocolat (sur les 150 g prévus) au bain-marie, ou mieux, dans une chocolatière (c’est ce que je fais, ainsi le chocolat reste lisse et à la bonne température durant l’opération).

Badigeonner les moules choisis avec un pinceau de cuisine, en prenant soin de n’oublier aucun recoin. La couche de chocolat ne doit pas être trop fine pour permettre un démoulage parfait, ni trop épaisse. Laisser prendre au frais.

Préparer la ganache : râper le chocolat si possible (ou le concasser). Dans une casserole, porter à ébullition la crème fraîche et la verser, hors du feu, sur le chocolat râpé en remuant parfaitement pour obtenir une crème très lisse. Ajouter alors la fève de Tonka finement râpée. Bien mélanger à nouveau.

Garnir les moules tapissés de chocolat avec cette ganache. Laisser prendre au frais un petit moment.

Faire fondre à nouveau le chocolat restant et en recouvrir la ganache afin de fermer les chocolats, lisser avec une spatule large. Faire prendre au frais. Démouler ensuite délicatement.

Chocolats au rhum/raisins


Pour 15 chocolats environ

– 150 g environ de chocolat noir à pâtisser

Pour la ganache

– 70 g de chocolat au lait à pâtisser (ou moitié chocolat au lait, moitié chocolat noir ou encore tout noir)

– 35 g de crème fraîche entière liquide

– une bonne c. à soupe de raisins secs macérés dans du rhum pendant plusieurs heures et coupés en petits morceaux.

Faire fondre très doucement environ 80 g de chocolat (sur les 150 g prévus) au bain-marie, ou mieux, dans une chocolatière.

Badigeonner les moules choisis avec un pinceau de cuisine, en prenant soin de n’oublier aucun recoin. La couche de chocolat ne doit pas être trop fine pour permettre un démoulage parfait, ni trop épaisse. Laisser prendre au frais.

Préparer la ganache : râper le chocolat si possible (ou le concasser). Dans une casserole, porter à ébullition la crème fraîche et la verser, hors du feu, sur le chocolat râpé en remuant parfaitement pour obtenir une crème très lisse. Ajouter les raisins secs ainsi  qu’un peu de rhum de macération. Bien mélanger à nouveau.

Garnir les moules tapissés de chocolat avec cette ganache. Laisser prendre au frais un petit moment.

Faire fondre à nouveau le chocolat restant et en recouvrir la ganache afin de fermer les chocolats, lisser avec une spatule large. Faire prendre au frais. Démouler ensuite délicatement.


Tatin de bananes sauce au chocolat

Qui ne s’est pas demandé un jour à quelle sauce pourraient bien être mangées ces quelques bananes qui mûrissent trop vite dans le compotier ! Ce fut le cas pour moi la semaine dernière et comme j’adore les tatins en tout genre, je me devais d’essayer celle à la banane.

Ni une ni deux, voilà mes quatre fruits bien mûrs transformés en un dessert qui a ravi toute la tablée et qu’il ne faudra pas hésiter à refaire …encore avec cette petite sauce chocolat qui s’accorde à merveille ! Recette inspirée de  Cyril Lignac, j’ai toutefois fait une pâte brisée (dans le thermomix) selon ma recette.


Pâte brisée

– 230 g de farine

– 100 g de beurre (ou 50 g beurre, 50 g huile, c’est ce que je fais en général)

– environ 70 g d’eau

– 1 pincée de sel

– 1 sachet de sucre vanillé

Pour la garniture

-4 bananes
– 80 g de beurre
– 120 g de sucre

Pour la sauce

– 20 cl de crème liquide
– 100 g de chocolat noir

Préparer une pâte brisée avec les ingrédients cités ci-dessus et réserver au frais.

Pendant ce temps, préparer la garniture : faire fondre le beurre à feu vif dans une casserole, verser le sucre. Quand le mélange prend une couleur caramel retirer du feu et verser immédiatement dans un moule à tarte anti-adhésif.
Couper les bananes en rondelles de 1 cm environ. Poser les rondelles dans le moule. abaisser la pâte brisée avec un rouleau à pâtisserie et poser sur les bananes.

Faire entrer la pâte sur tout le pourtour à l’intérieur du moule, et enfourner pendant 25 minutes dans un four préchauffé th. 190°C. Sortir la tarte du four et démouler immédiatement  en posant le plat de service et en  retournant d’un coup sec. Retirer le moule.

Préparer la sauce : Casser le chocolat en petits morceaux et les faire fondre à feu très doux dans une casserole au bain-marie. Quand il est fondu, verser la crème liquide et bien mélanger pour obtenir une sauce bien lisse, retirer du feu.  Servir la tarte accompagnée de sauce au chocolat.

Macarons au Kahlùa

Il y avait quelques temps que je n’avais pas fait de macarons….mais quand ça me prend, il m’est difficile d’arrêter ! D’ailleurs, je vous proposerai deux autres recettes très prochainement faites dans la foulée.

Pour la réalisation des coques, je fais toujours la même méthode avec la meringue italienne. Le résultat est satisfaisant, mais je ne possède toujours pas de thermomètre à sucre et le sucre glace que j’emploie est celui que je fais à l’aide de mon robot thermomix. Peut-être le résultat avec un sirop au degré près et un sucre glace du commerce serait meilleur encore, mais je continue avec les moyens du bord, mes gourmands s’en contentent très bien !!

J’ai donc pensé, pour ces macarons-ci, faire une ganache au Kahlùa pour diversifier encore les utilisations de la bouteille que j’avais faite il y a quelques semaines…une gourmandise toute en délicatesse. J’avais parsemé les coques de café moulu avant de faire croûter…à déguster idéalement avec un bon café.

Recette pour les coques de macarons ici.

Pour la ganache (quantité correspondant à 2 blancs d’oeufs pour la confection des coques)

– 130 g de chocolat noir à pâtisser concassé

– 50 g de crème fraîche liquide entière

– 60 ml de Kahlùa.

Dans une casserole, faire bouillir la crème fraîche et en verser environ un tiers sur le chocolat concassé ou râpé mis dans un saladier. Bien mélanger et continuer à verser la crème bouillante tout en lissant parfaitement le chocolat. Ajouter alors le Kahlùa. Bien mélanger pour obtenir une ganache parfaitement lisse. Laisser refroidir et prendre pour pouvoir être dressée facilement.

Garnir la moitié des coques d’une noix de ganache et poser la seconde coque par-dessus. Mettre dans une boîte hermétique au frigo pendant 24 heures avant de déguster.

Muffins gourmands au Limoncello

J’aime beaucoup faire des muffins pour le goûter des enfants. Mais il faut varier les plaisirs, c’est pourquoi je me suis laissée tenter l’autre jour en faisant mes courses par un petit livre sur les muffins créatifs sucrés et salés…pour 1 euro, il ne fallait pas s’en priver !! Les muffins au café et Kahlùa que je vous avais proposés en sont également tirés…et ce n’est pas fini !

Ces muffins au limoncello, originaux dans leur coque de pâte feuilletée, m’ont particulièrement ravie par leur parfum, leur texture et par le fait qu’ils ne soient pas trop sucrés. Les enfant ont adoré également.


Pour 12 muffins

– 400 g de pâte feuilletée environ

– 150 g de chocolat blanc

– 175 g de poudre d’amandes

– 1 oeuf

– 1 sachet de sucre vanillé

– le zeste râpé d’un citron non traité

– 5 + 4 c. à soupe de limoncello

– 100 g de crème fraîche liquide entière très froide

– sucre glace et zeste de citron pour le décor

Placer éventuellement des caissettes en papier dans des moules à muffins (je n’en ai pas utilisé).

Etaler la pâte feuilletée et découper 12 ronds d’une taille légèrement supérieure à celle de vos moules. Foncer les alvéoles de sorte à remonter la pâte sur tout le pourtour. Piquer à la fourchette les fonds de tarte.

Au bain-marie, faire fondre doucement le chocolat blanc. Incorporer la poudre d’amande, l’oeuf, le sucre vanillé, le zeste de citron et 5 cuillères à soupe de limoncello.

Répartir la préparation obtenue sur les fonds de pâte et cuire 20 minutes au four préchauffé à 190°C. Laisser tiédir 5 minutes et démouler.

Piquer les muffins à l’aide d’un petit bâtonnets en bois et répartir les 4 c. à soupe de limoncello restantes. Laisser refroidir.

Monter la crème en chantilly ferme et en garnir le dessus de chaque muffin. Garnir éventuellement de zeste de citron et saupoudrer de sucre glace.

Gâteau fondant chocolat-café

Vendredi, c’était l’anniversaire de mon fils aîné et à cette occasion, j’ai voulu faire un gâteau au chocolat puisque ce sont ses préférés. J’avais repéré il y a quelques temps une recette toute simple sur une vieille revue, d’un gâteau au chocolat, café et kalhùa….ça ne pouvait pas mieux tomber car c’était encore une occasion d’utiliser le kahlùa que j’avais fait il y a quelques semaines.

Verdict de la famille et du principal intéressé : excellent ! La texture du biscuit est très aérienne, très légère et la ganache qui le recouvre est onctueuse et délicatement parfumée, l’ensemble étant peu sucré. Je l’avais réalisé la veille et gardé au frigo, ce qui l’a sans doute encore  bonifié…en tout cas, ma fille qui n’est pas très gâteau, l’a dévoré goulûment jusqu’à la dernière miette !

Si vous n’avez pas de kahlùa, vous pourrez éventuellement le remplacer par du rhum.

Je vous souhaite une excellente semaine.


Pour 6 personnes

Pour le biscuit

– 150 g de chocolat noir à pâtisser (52% environ)

– 100 ml de café fort

– 75 g de sucre semoule

– 80 g de beurre mou

– 6 oeufs (jaunes et blancs séparés)

– 40 g de fécule

– 1 pincée de sel

Pour le glaçage

– 100 g de chocolat noir à 70%

– 50 ml de liqueur de café (kahlùa) ou de rhum si vous préférez

– 50 ml de crème fraîche épaisse

– 2 c. à soupe de cacao amer

– 1 c. à soupe de sucre glace pour le décor (facultatif)

Préchauffer le four à 150°C. Beurrer un moule à manquer rond ou carré.

Préparer le biscuit : Casser le chocolat dans un récipient ainsi que le café et le faire fondre au bain-marie. Hors du feu, lisser l’ensemble à la spatule. Ajouter le beurre mou en parcelle et bien mélanger pour obtenir une pâte lisse.

Fouetter les jaunes d’oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange soit mousseux. Incorporer alors le chocolat fondu et, peu à peu, la fécule tamisée.

Monter les blancs en neige ferme avec la pincée de sel. Ajouter 3 c. à soupe dans le mélanger au chocolat pour l’assouplir puis incorporer le restant de sorte à obtenir une pâte toute légère et homogène.

Verser dans le moule et faire cuire 40 minutes. Laisser tiédir le gâteau dans son moule avant de le démouler.

Préparer le glaçage :  faire fondre le chocolat au bain-marie. Hors du feu, incorporer la crème et la liqueur de café. Laisser tiédir en remuant de temps en temps.

Dès qu’elle épaissit un peu, la verser sur le centre du gâteau et à l’aide d’une spatule longue et large, couvrir l’ensemble du gâteau. Façonner sur le dessus quelques formes de vagues éventuellement.

Mettre le gâteau 15 minutes au moins au frigo avant de le saupoudrer de cacao amer au travers d’une passoire fine.

Attention : si vous préparez le gâteau la vieille, ne saupoudrez de cacao qu’au moment de servir !

Si vous désirez, vous pouvez décorer (sur le cacao) à l’aide de pochoir avec du sucre glace.

Duo choco-orange et ananas aux épices

Une recette issue de mon petit livre « craquez pour le chocolat » consacré aux duos chocolat-fruits, toujours simples à réaliser pour un résultat très gourmand !

Un dessert qui ne nous a pas laissés indifférents encore une fois, et qui a remporté tous les suffrages à la maison. Cette verrine est constituée d’une crème très douce chocolat-orange à la texture fondante et lisse, et de morceaux d’ananas frais légèrement confits dans un mélange d’épices douces…un régal !


Pour 6 personnes

– 180 g de chocolat noir à pâtisser à 70%

– 500 g de chair d’ananas

– 300 ml de jus d’orange

– 3 jaunes d’oeufs

– 30 g de sucre semoule

– 3 étoiles de badiane

– 2 gousses de vanille

– 1 bâton de cannelle

– 50 g de sucre à confiture

Dans un saladier, fouetter les jaunes d’oeufs avec le sucre semoule jusqu’à ce que le mélange blanchisse.

Dans une casserole, porter à ébullition le jus d’orange et le verser sur les jaunes en remuant vivement.

Remettre la crème à l’orange sur le feu et la faire cuire plusieurs minutes en remuant sans jamais laisser bouillir. Hors du feu, incorporer le chocolat cassé en morceaux en mélangeant afin d’obtenir une consistance lisse.

Répartir dans le fond de 6 verrines, et réserver au frigo pendant au moins une heure.

Dans une casserole, mettre l’ananas coupé en cubes ( pas trop gros), le sucre à confiture, les gousses de vanille fendues en deux, la cannelle et les étoiles de badiane. Ajouter 50 ml d’eau et faire cuire 8 minutes environ en remuant souvent (il faut que l’ananas soit tendre).

Laisser refroidir puis ôter les épices.

Recouvrir la crème choco-orange d’ananas aux épices et réserver les verrines au frais pendant 4 heures avant de servir.

Un petit tour dans un salon du chocolat

Il y a quelques jours, se tenait à une douzaine de kilomètres de chez moi, un salon du chocolat qui a accueilli pas moins de 15 000 visiteurs en trois jours.


Je m’y suis rendue avec ma fille et nous avons été accueillies en premier lieu par deux sympathiques messieurs qui présentaient leurs délicieux foies gras…mais quel rapport avec le chocolat, me direz-vous…eh bien, nous avons pu découvrir leur fameux foie gras au chocolat dont la présence est extrêmement discrète mais qui adoucit l’ensemble sensiblement.

Ces dégustations furent un moment génial…merci messieurs pour votre sourire, votre bonne humeur et pour avoir invité gentiment ma fille à poser pour la photo !!

Deux élèves d’une école hôtelière très affairés à surveiller la température du chocolat

Merci Chef pour le beau sourire !

Quelques oeuvres tout chocolat


Un mini défilé où nous avons pu admirer des robes et chapeaux ornés de macarons et sculptures en chocolat…de toutes jeunes filles mignonnes à croquer !

On me tape sur l’épaule, on veut être sur la photo…..allez monsieur, c’est « in the box » ! bonne humeur garantie dans ce salon !

Dégustation de liqueurs au chocolat et ma préférée…liqueur au caramel de beurre salée….hummmmm ! si vous avez la recette, je suis preneuse.

Et maintenant, un stand où la longueur de la file d’attente pour la dégustation témoignait de son succès : les macarons !

Ils nous en font voir de toutes les couleurs ces macarons !

Après s’être attardées devant d’autres stands gourmands, on quitte le salon….en chansons !

Cupcake au thé vert Matcha et pépites de chocolat blanc

Kroline m’a gentiment invitée à participer à un concours qu’elle organise sur le thème de la couleur verte. Merci Kroline !

Alors pour l’occasion, j’ai improvisé ces cupcakes qui m’ont permis d’utiliser du thé Matcha que j’ai découvert et acheté récemment…ces petits gâteaux furent les bienvenus pour le goûter des enfants qui se sont régalés !


Pour 6 cupcakes

– 110 g de farine

– 110 g de sucre

– 1 c. à café de levure chimique

– 90 g de beurre fondu

– 2 oeufs

– 2 c. à café rases de thé Matcha

– 2 c. à soupe de lait

– 10 carrés de chocolat blanc à pâtisser cassé en petits pépites

Pour le glaçage

– 150 g de mascarpone

– 3 c. à soupe de sucre glace

– 2 c. à soupe de crème fraîche liquide

– quelques gouttes de colorant vert (facultatif)

Placer des caissettes en papier dans des moules à muffins.

Dans un saladier, fouetter les oeufs avec le sucre, ajouter le beurre fondu, le lait et le thé Matcha. Bien fouetter et rajouter la farine et la levure en quatre fois. Bien mélanger le tout. Rajouter les pépites de chocolat et mélanger encore.

Verser cette pâte dans les caissettes et enfourner dans le four préchauffé à 180° pendant environ 20 minutes.

Sortir les cupcakes des moules rigides et laisser refroidir sur une grille.

Dans un grand bol, fouetter à la fourchette le mascarpone avec le sucre glace. Ajouter 2 c. à soupe de crème fraîche (3 si le mélange est très épais). Ajouter un peu de colorant vert éventuellement.

Mettre la poche à douille avec une douille cannelée dans un verre très haut ou un vase en guise de support (il en existe cependant dans le commerce), pour que l’opération soit plus pratique. Mettre la crème mascarpone et décorer le cupcake.

Moelleux choco-vanille, coeur coulant chocolat au lait

Les moelleux sucrés au coeur coulant sont les goûters préférés de mon fils aîné…ça tombe bien, j’aime beaucoup les faire ! Aussi, ce week-end, pour l’encourager dans son travail assez ardu, je lui ai préparé ce délicieux moelleux dont au final, toute la famille a profité !

Un côté de ce petit gâteau est corsé en cacao et l’autre côté est très vanillé, le coeur coulant et onctueux  à souhait est composé de chocolat au lait/beurre/crème fraîche…une vraie gourmandise !


Pour 6 moelleux (moule à muffins en silicone pour moi)

– 120 g de beurre

– 110 g de farine

– 90 g de sucre en poudre

– 2 oeufs

– 1 gousse de vanille

– 35 g de cacao non sucré

– 100 ml de crème fleurette

Pour le coeur coulant

– 100 g de chocolat au lait à pâtisser

– 50 g de beurre

– 2 c. à soupe de crème fleurette

Faire le coeur coulant : faire fondre tout doucement le chocolat au lait avec le beurre et la crème dans une casserole. Bien mélanger jusqu’à l’obtention d’une crème homogène. Garnir des petits moules en silicone demi-sphères ou autres mini-bouchées et les placer au congélateur pendant environ 2 heures.

Faire le moelleux : Faire fondre le beurre au bain-marie ou micro-ondes.

Mettre la farine tamisée dans un saladier et y ajouter les oeufs un à un, puis le sucre, puis le beurre fondu. Mélanger afin d’obtenir une texture bien lisse.

Diviser la pâte obtenue en deux. Racler les graines de la gousse de vanille et les incorporer à l’une des deux moitiés de pâte.

Faire fondre le cacao dans la crème fleurette chaude puis le rajouter à l’autre moitié de pâte restante.

Verser dans les moules en silicone les deux pâtes en même temps à l’aide de deux cuillères à soupe. Remplir les moule environ au 2/3 pour avoir la place d’y ajouter le coeur. Réserver la pâte au frais éventuellement en attendant que les coeur aient fini de prendre au congélateur.

Préchauffer le four à 200°C.

Sortir les moules du congélateur et placer un coeur en chocolat (2 demi-sphères) au centre de chaque moelleux en appuyant légèrement. Enfourner de 10 à 12 minutes. Laisser un peu tiédir avant de démouler.

Duo choco-badiane sur coulis de mûres

C’est la saison des mûres et il en reste encore et encore après la confection des pots de gelée pour les décliner en délicieuses verrines. Cette alliance de crème mousseuse au chocolat au lait délicatement parfumée à la badiane sur un coulis de mûres est des plus agréables à déguster.

A préparer cinq à six heures au moins avant la dégustation.


Pour environ 5 verrines

– 400 g de mûres

– 100 g de chocolat au lait à pâtisser

– 200 ml de crème fleurette très froide

– 1 ou 2 étoiles de badiane

– 50 g de sucre spécial confiture ou gelée

Dans une casserole, mettre les mûres et le sucre. Ajouter 25 cl d’eau. Porter à ébullition et laisser cuire pendant 6 minutes.

Retirer du feu et mixer finement. Passer à travers un chinois pour obtenir un coulis parfaitement lisse.

Répartir ce coulis dans le fond des verrines et réserver au frigo.

Porter à ébullition 100 ml de crème puis ajouter les étoiles de badiane. Hors du feu, laisser infuser 10 minutes. Retirer les étoiles de badiane et porter à nouveau à ébullition.

Dans un saladier, casser le chocolat au lait en morceaux et verser la crème bouillante dessus en fouettant pour que la crème soit très lisse. Laisser refroidir.

Monter le reste de crème en chantilly bien ferme et la mélanger soigneusement au chocolat anisé.

Recouvrir le coulis de mûre de cette crème chocolatée et réserver au frigo pendant au moins 4 heures avant de servir.

Le Trianon (ou Royal)

C’est vrai, ce gâteau est royal au niveau des textures et du goût….un véritable gâteau de fête ! Cela faisait longtemps que je voulais le faire, je l’avais repéré dans une revue, et, de plus, c’est fort simple à réaliser.

Ce gâteau est composé d’un biscuit très fondant aux amandes, puis d’une couche de croustillant praliné et surmonté d’une crème truffon au chocolat très mousseuse…le top en bouche ! Même ma fille qui n’est pas gâteau, m’en redemande encore !

Il est préférable de faire ce Trianon la veille. Je l’ai réalisé dans un cercle de 20 centimètres de diamètre.


Pour le biscuit fondant aux amandes

– 60 g de poudre d’amandes

– 120 g de sucre

– 3 blancs d’oeufs (gardez les jaunes pour le truffon)

– 20 g de farine

Pour le croustillant praliné

– 200 g de pralinoise

– 80 g de crêpes dentelles gavottes

– 40 g de poudre de pralin (fait maison pour moi)

Pour la mousse au chocolat

– 60 g de sucre

– 200 g de chocolat noir à 70% de cacao

– 20 cl de crème fleurette entière très froide

– 1 oeuf entier + 3 jaunes d’oeufs

– 2 c. à soupe d’eau chaude

Préparer le biscuit aux amandes : Mélanger 60 g de sucre avec la farine, la poudre d’amandes. Ajouter délicatement les blancs montés en neige auxquels on incorpore 60 g de sucre dès qu’ils commencent à devenir ferme.

Verser dans un cercle à pâtisserie d’environ 20 à 22 cm sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

Placer dans le four préchauffé à 200°C. Faire cuire  pendant 10 mn. Le gâteau doit être un peu mou et légèrement doré.

Laisser refroidir. Déposer le biscuit dans le cercle sur le plat de service.

Préparer le croustillant praliné : Faire fondre la pralinoise au micro-ondes ou au bain-marie. Incorporer les crêpes gavottes écrasées et le pralin. Bien mélanger et étaler la préparation à l’aide du dos d’une cuillère à soupe, sur le biscuit en insistant bien sur la périphérie. Laisser durcir au frais.

Préparer la mousse chocolat : Battre au batteur électrique les jaunes d’œufs, l’oeuf et le sucre puis ajouter les deux cuillères à soupe d’eau bien chaude. Le mélange doit tripler de volume et devenir léger et mousseux.

Faire fondre le chocolat au micro-ondes ou au bain-marie. Bien lisser et l’ajouter au mélange précédent en battant encore.

Fouetter la crème très froide en chantilly ferme et l’incorporer à la préparation chocolatée.

Verser cette mousse dans le cercle et lisser la surface à l’aide d’une spatule.

Placer au congélateur 4 h minimum afin de pouvoir le démouler beaucoup plus facilement. Pour ma part, j’étais pressée et je ne l’y ai laissé que 2 heures (le pourtour était donc moins net). Réserver ensuite au frigo une fois démoulé. Sinon, le sortir du congélateur 4 heures avant la dégustation.

Décorez comme bon vous semble. Vous pouvez saupoudrer la surface de cacao en poudre non sucré.

Pour ma part, j’ai fait quelques pastilles chocolat blanc/noir et je les ai collées sur le pourtour du gâteau.

Trio de chocolats fourrés : menthe/cerise confite, pâte d’amande, caramel au beurre salé

Envie de refaire quelques chocolats et dans la foulée en voici trois versions : deux classiques à la pâte d’amande (faite maison) et au caramel au beurre salé (mon pêché mignon) et ceux que j’ai improvisés sur le moment, à la menthe blanche style After Eight avec quelques petits morceaux de cerises confites. Je dois avouer qu’ils sont tous vraiment délicieux et ceux à la menthe ont remporté un vif succès…c’est vrai qu’ils ressemblent étrangement au niveau du goût, aux After Eight mais en un peu moins sucrés. Mes jeunes gourmands m’ont déjà passé commande pour une prochaine fois !

Toutes les coques sont en chocolat noir. Ils peuvent être réalisés la veille sans problème.


Pour environ 18 chocolats (6 de chaque variété) réalisés dans des moules diamants en silicone

Pour les coques

– environ 200 g de chocolat noir

Faire fondre tout doucement au bain-marie ou dans une chocolatière environ 120 g de chocolat et à l’aide d’un pinceau de cuisine, badigeonner les moules en veillant bien de ne laisser aucun espace visible sinon la coque se casserait.

Pour la crème menthe/cerise confite (pour 6 chocolats)

– 80 g de chocolat blanc

– 30 g de crème fleurette

– 1 c. à café ou 2 de sirop de menthe blanche de qualité (j’ai employé celui que l’on utilise pour les cocktails)

– quelques gouttes d’alcool de menthe ou d’extrait de menthe

– 2 ou 3 cerises confites (facultatif)

Concasser ou mixer le chocolat blanc.

Dans une petite casserole, faire chauffer la crème et dès le premier bouillon, retirer du feu et verser d’un coup le chocolat blanc. Bien mélanger jusqu’à ce que tout le chocolat fonde. Ajouter le sirop de menthe et quelques gouttes d’extrait ou d’alcool de menthe. Goûter pour vérifier et rajouter un peu de menthe si besoin. Bien mélanger le tout et incorporer quelques petits morceaux de cerises confites (facultatif). Laisser tiédir et remplir les coques. Penser à laisser un petit espace pour refermer les chocolats.Réserver au frais.

Pour la pâte d’amande

Mettre tout simplement une petite boule de pâte d’amandes dans la coque de chocolat. Penser à laisser un petit espace pour refermer les chocolats.

Pour le caramel au beurre salé (pour 6 chocolats environ)

– 50 ml de crème liquide

– 50 g de sucre

– 7 g de beurre salé (ou comme moi beurre doux + 1 pincée de fleur de sel)

Porter à ébullition au micro-ondes ou dans une casserole la crème liquide. Couper le beurre en dés.

Parallèlement, dans une casserole, porter à ébullition le sucre avec 1 c. à café d’eau sans remuer jusqu’à ce que l’obtention d’un caramel ambré. Retirer alors du feu.

Ajouter le beurre en dés hors du feu, remuer énergiquement avec une spatule en bois, puis la fleur de sel. Ajouter ensuite la crème liquide bouillante dans le caramel en remuant vivement. Reporter le tout à ébullition et laisser frémir environ 2-3 minutes sans cesser de remuer pour faire fondre tous les cristaux de sucre. Vous devez obtenir un caramel parfaitement homogène et lisse. Laisser tiédir et en remplir les coques. Penser à laisser un petit espace pour refermer les chocolats. Réserver au frais le temps que le caramel soit bien froid et épaississe un peu.

Pour tous les chocolats

Faire fondre au bain-marie ou dans la chocolatière le reste de chocolat noir et à l’aide d’une petite cuillère, bien refermer les chocolat. Remettre au frais pour faire durcir. Démouler délicatement.


Bûche chocolatée au Grand Marnier

Je vous présente aujourd’hui cette bûche qui est tout simplement…exquise, délicatement parfumée et fondante  ! Elle peut être réalisée la veille et n’en sera que meilleure. Elle est constituée d’un biscuit au cacao très moelleux, légèrement imbibé d’ un  sirop au Grand Marnier, fourré et recouvert d’une crème au beurre d’une extrême finesse, parfumée au Grand Marnier. Sans exagérer, je dois dire que cette crème au beurre est divine et en respectant bien la manière de faire, impossible à rater.


Pour le biscuit roulé

– 4 oeufs

– 110 g de sucre en poudre

– 100 g de farine

– 2 c. à soupe de lait

– 20 g de cacao en poudre non sucré

Pour la crème au beurre

– 3 blancs d’œufs

– 150 g de sucre en poudre

– 1 cuillère à soupe de Grand Marnier

–  250 g de beurre mou

– quelques gouttes de colorant alimentaire rouge et jaune (facultatif)

Pour le sirop (à vrai dire je n’ai pas mesuré)

– du sucre en poudre (environ 50 g)

– de l’eau (plus ou moins un petit verre)

– 2 c. à soupe de Grand Marnier

Préparer la génoise : Séparer les jaunes des blancs d’oeufs. Fouetter les jaunes avec le sucre jusqu’à ce que le mélange double de volume et blanchisse. Ajouter la farine et le cacao, puis le lait, bien mélanger à la spatule. Incorporer les blancs d’oeufs montés en neige très ferme. Bien soulever la pâte en mélangeant afin d’obtenir une pâte homogène et lisse.

Verser cette pâte sur une plaque de cuisson tapissée de papier sulfurisé. Faire cuire à four th. 180° environ 12 à 15 minutes. Faire glisser le papier sulfurisé avec la génoise sur un torchon propre humide et la rouler. La laisser ainsi plusieurs minutes. Puis dérouler très délicatement,  et rouler à nouveau la génoise en laissant le papier cuisson, puis laisser en attente.

Préparer la crème au beurre :

Montez les blancs d’œufs en neige ferme (pour moi au thermomix).

Pendant ce temps, Mettre le sucre dans une casserole avec un demi verre d’eau. Porter à ébullition pour faire un sirop au grand boulé. Ayant l’habitude de faire des shamallows maison, j’ai voulu opter pour la même méthode que j’utilise pour faire ce sirop sans thermomètre à sucre, je vous l’explique. Vous mettez un demi-verre d’eau froide à côté de vous et régulièrement vous prélevez à l’aide d’une petite cuillère une goutte de ce sirop qui cuit. Dans l’eau, lorsque les gouttes de sirop que vous déposez forment sous les doigts une petite boule qui durcit bien mais qui est encore un peu malléable….là, c’est prêt, arrêtez la cuisson tout de suite et passez immédiatement à l’étape suivante. Il faut qu’à ce stade, vos blancs d’oeufs soient montés en neige très ferme (montez-les peu après que le sirop arrive à ébullition, il ne faut pas non plus que les blancs attendent).

Donc, quand vous aurez atteint cette cuisson et que les blancs sont bien fermes, ajouter à ces derniers le sirop bouillant en le faisant couler en filet tout en continuant de battre les blancs avec le robot et ce, plusieurs minutes (environ 6), jusqu’à ce que l’ensemble tiédisse .

Ajouter alors le beurre mou coupé en petits morceaux, le Grand Marnier et le colorant (facultatif) tout en continuant de battre jusqu’à ce que le tout forme une crème homogène et parfaitement lisse et qui se tienne.

Pas de panique si : après avoir incorporé le beurre, votre crème devient d’aspect douteux, comme si elle avait tourné, augmentez alors la vitesse du batteur et en quelques secondes vous devriez voir apparaître une crème à la texture lisse, brillante, homogène et qui se tient parfaitement,  prête à être étalée dans le biscuit ou dressée à la poche à douille.

Préparer le sirop : dans une casserole, mettre le sucre et l’eau et faire bouillir 2 ou 3 minutes. Hors du feu, rajouter le grand marnier, laisser tiédir.

Dérouler le biscuit et l’imbiber régulièrement de sirop, étaler la crème au beurre en veillant à en laisser suffisamment pour le recouvrir ensuite. Rouler le biscuit sur lui-même, le recouvrir de crème, couper en biseau les deux extrémités et décorer selon goût. Réserver au frais.

Bûche mousse au chocolat et griottes

Cette recette extraite de mon livre « desserts en de fêtes », est un vrai régal ! Une bûche fine, fondante, irrésistible. Elle est composée d’une génoise moelleuse au cacao fourrée d’une mousse au chocolat parsemée de griottes et recouverte d’une ganache chocolat façon crème au beurre.  A essayer pour les Fêtes !

J’ai tenté de faire cette bûche la veille ….aucun problème, elle est délicieuse le lendemain et ça c’est parfait pour une bonne organisation !


Pour 8 personnes

Pour la génoise

– 4 oeufs

– 110 g de sucre en poudre

– 100 g de farine

– 2 c. à soupe de lait

– 20 g de cacao en poudre non sucré

Pour la mousse

– 4 oeufs

– 200 g de chocolat à pâtisser

– 40 g de beurre

Pour la ganache

– 80 g de chocolat râpé finement

– 80 g de beurre très mou

– 30 g de lait

– 30 g de crème liquide entière

– 200 g de griottes au sirop (je n’en avais pas, j’ai remplacé par des bigarreaux au sirop)

– 50 g de sucre en poudre

Préparer la génoise : Séparer les jaunes des blancs d’oeufs. Fouetter les jaunes avec le sucre jusqu’à ce que le mélange double de volume et blanchisse. Ajouter la farine et le cacao, puis le lait, bien mélanger à la spatule. Incorporer les blancs d’oeufs montés en neige très ferme. Bien soulever la pâte en mélangeant afin d’obtenir une pâte homogène et lisse.

Verser cette pâte sur une plaque de cuisson tapissée de papier sulfurisé. Faire cuire à four th. 180° environ 12 à 15 minutes. Faire glisser le papier sulfurisé avec la génoise sur un torchon propre humide et la rouler. La laisser ainsi plusieurs minutes. Puis dérouler très délicatement,  et rouler à nouveau la génoise en laissant le papier cuisson, puis laisser en attente.

Egoutter les griottes et garder le sirop. Prélever 150 ml de ce sirop et le mettre dans une casserole avec 50 g de sucre. Porter à ébullition pendant 10 minutes et laisser refroidir.

Préparer la mousse : Faire fondre le chocolat doucement au bain-marie et ajouter le beurre. Mélanger jusqu’à ce que le tout soit bien fondu. Ajouter un à un les jaunes d’oeufs en fouettant bien. Monter les blancs en neige très ferme avec une pincée de sel. Les incorporer délicatement au mélange précèdent. Laisser prendre 40 minutes au frais.

Imbiber la génoise du sirop, puis étaler la mousse en laissant de la place sur les bords. Enfoncer légèrement les griottes égouttés dans la mousse. Rouler le gâteau en vous aidant du papier sulfurisé et l’envelopper de film alimentaire afin de le maintenir serré. Le placer au frais pendant au moins 2 heures.

Préparer la ganache : porter à ébullition le lait et la crème dans une casserole et, hors du feu, y ajouter peu à peu le chocolat râpé en mélangeant parfaitement pour avoir une crème lisse. Ajouter le beurre très mou coupé en morceaux et mélanger à nouveau jusqu’à ce qu’il soit totalement incorporé à la crème. Vous devez obtenir un ensemble très lisse. Laisser reposer une dizaine de minutes à température ambiante.

Déballer la bûche sur le plat de service et la napper de ganache de façon irrégulière ou selon votre désir. Décorez à votre convenance et gardez au frais.

Sortir la bûche du frigo une vingtaine de minutes avant de déguster.