Résultats de recherche pour : gelée de pommes

Gelée de pommes

Une  voisine vient de me donner plusieurs kilos de pommes de son jardin et devant cette profusion de fruits, j’ai décidé d’essayer de faire de la gelée. C’est la première fois que j’en fais.

J’ai procédé exactement comme pour la gelée de coings et le résultat m’a vraiment séduite, du coup,  je vais en refaire ce week-end !

Cette gelée est très douce, se tient bien et est fondante en bouche. Je l’ai très légèrement parfumée à la vanille, mais vous pouvez remplacer cette dernière par un peu de cannelle ou pourquoi pas un peu de calvados.

Une petite astuce : lorsque vous faites des tartes aux pommes classiques, une fois cuites, badigeonnez-les généreusement avec cette gelée légèrement chauffée avec à peine un peu d’eau dans une casserole. Cela renforce le goût des pommes et fait briller magnifiquement le dessus de la tarte. Ainsi nappées, mes tartes ont eu un réel succès !


– 2,5 kg de pommes

– 1 citron

– 1 gousse de vanille (facultatif), voire même une demi-gousse seulement pour un arôme très léger

– environ 1,5 kg de sucre cristallisé (à ajuster selon le poids du jus obtenu)

Comment j’ai procédé : j’ai lavé les pommes et ôté la queue. Je les ai découpées en gros quartiers, sans les peler ni épépiner, et mis dans le récipient de cuisson. J’ai recouvert d’eau à niveau, c’est à dire que les fruits étaient à peine recouverts d’eau. J’ai laissé cuire ainsi jusqu’à ce que les pommes soient bien tendres et se défassent même un peu. Cela a pris près d’une heure avec la variété que j’avais.

J’ai laissé ainsi macérer plusieurs heures. Vous pouvez laisser toute une nuit.

Ensuite j’ai placé un chinois au dessus d’un grand récipient, et j’ai déposé louche par louche les pommes avec le jus de cuisson en appuyant fort avec le dos de la louche pour extraire le maximum de jus.

J’ai alors pesé le jus, remis dans le récipient de cuisson et j’ai rajouté 750 g de sucre cristallisé par kilo de jus. J’ai également rajouté le jus d’un gros citron et une gousse de vanille fendue en deux (facultatif).

J’ai mis à cuire le tout environ 45 minutes, mais le temps pourra être un peu réduit selon les fruits ou la consistance choisie (pour moi, j’aime une gelée qui se tient bien). La gelée est cuite de toute façon lorsque quelques gouttes versées sur une assiette froide se figent très vite.

Ne pas oublier de tourner régulièrement la gelée, surtout en fin de cuisson.  C’est ce test de la goutte qui se fige qui doit déterminer si l’on arrête ou prolonge la cuisson.

Mettre dans des pots en verre propres et secs, les fermer et les retourner jusqu’au refroidissement.

Pommes hérisson

Je vous propose aujourd’hui cette recette simplissime qui me tient particulièrement à coeur puisque elle est issue de mon tout premier livre de cuisine que j’ai eu en cadeau le jour de mes 10 ans…heu..cela va faire tout de même 39 ans bientôt, oups !!!

édition 1971

Je me souviendrai toujours du premier menu que j’avais concocté à mes parents quelques jours après avoir feuilleté ce merveilleux cadeau…et ce dessert en faisait partie. C’est une façon de manger des pommes à la fois vraiment délicieuse avec cette petite gelée de citron obtenue en fin de cuisson, et aussi ludique qui plaît beaucoup aux enfants…et aux grands !


– 3 pommes golden

– 1 verre d’eau

– 3 c. à soupe bien pleines de sucre en poudre

– le jus de 1/2 citron (pas trop petit)

– 50 g d’amandes effilées

Dans une casserole, mettre le sucre et l’eau.

Eplucher les pommes et les couper en deux dans le sens de la hauteur. Enlever les pépins et la membrane dure.

Placer les pommes dans la casserole d’eau et sucre, côté bombé vers le fond. Couvrir et faire chauffer à feu doux. Laisser doucement bouillir pendant 8  minutes. A ce moment, les retourner délicatement et laisser encore cuire 10 bonnes minutes.

Enlever délicatement les pommes de la casserole et les poser sur un plat.

Presser le citron et ajouter ce jus au sirop déjà obtenu dans la casserole et faire bouillir quelques minutes. Le sirop doit prendre en gelée sur la cuillère en bois. Attention de ne pas trop laisser cuire non plus. Napper les pommes avec cette gelée bouillante.

Dans une petite poêle, à sec, faire griller légèrement les amandes effilées en remuant souvent.

Piquer ces amandes sur les pommes. Pour ma part, j’ai rajouté un petit museau et des yeux en pâte d’amandes (maison) colorée avec du cacao.

Crumble pommes, poires et coings

Il me reste quelques coings après la confection de pâte et gelée, alors pourquoi ne pas varier les plaisirs autour de ce fruit au parfum si subtil …ce crumble si facile à faire et tout simple nous a tellement plu que mes gourmands me demandent d’en refaire un coings/poires prochainement !

DSC02771DSC02798

Pour 4 personnes

– 250 g de coings net épluchés épépinés

– 250 g de poires net épluchées, épépinées

– 250 g de pommes net épluchées, épépinées

– 1 c. à café de rhum (ou eau de rose)

– 25 g de sucre en poudre

Pour le crumble

– 100 g de farine

– 90 g de beurre

– 90 g de sucre roux

Dans une grande casserole, mettre les coings coupés en morceaux avec les 25 g de sucre et un peu d’eau (je n’ai pas mesuré, la valeur d’un demi-verre environ, voire un tout petit peu plus). Faire cuire 10 minutes (surveillez quand même s’il ne manque pas d’eau). Rajouter les pommes et les poires coupées en morceaux et le rhum ou l’eau de rose et laisser cuire encore 5 minutes. Disposer dans quatre petits plats individuels.

Faire le crumble en mélangeant la farine, le beurre et le sucre roux. Emietter et amalgamer grossièrement avec les doigts pour obtenir une pâte sablée. Laisser reposer un peu au frigo et disposer sur les fruits.

Faire cuire à four th. 180° pendant environ 20 minutes, il faut que le dessus soit légèrement doré.

Déguster frais.

Tarte douceur aux nectarines

Voici un dessert qui a été fort apprécié. Très simple à réaliser, cette tarte mêle le délicat goût de l’amande à celui de la nectarine et c’est vraiment délicieux. Recette piochée dans Maxi.

J’ai juste rajouté une cuillerée à café de sucre en poudre et 30 g de poudre d’amandes (à soustraire de la quantité de farine) à la pâte brisée. J’ai également badigeonné les nectarines de gelée de pommes maison (recette ici) tiède diluée dans à peine un peu d’eau après la sortie du four (la gelée de coing serait pas mal aussi, recette ici).

Pour 6 personnes

– une pâte brisée

– 4 nectarines

– 50 g de poudre d’amandes

– 2 œufs battus

– 100 g de beurre

– 50 g de sucre en poudre

– 1 c. à soupe de Maïzena

– 1 c. à soupe de pistaches hachées

– 1 c. à soupe d’amandes hachées

Préchauffer le four à 200° C.

Faire fondre le beurre au micro-onde ou bain-marie. Laisser refroidir.

Laver, dénoyauter et couper les nectarines en lamelles épaisses.

Dans une jatte, mélanger le sucre avec le beurre fondu. Ajouter les œufs battus, la poudre d’amandes et la Maïzena. Bien mélanger pour avoir une crème homogène.

Étaler la pâte, la mettre dans un moule et piquer le fond avec une fourchette.

Répartir la crème aux amandes sur le fond de tarte et y enfoncer les lamelles de nectarines. Parsemer de pistaches et amandes hachées.

Enfourner pour environ 35 à 40 minutes (j’ai mis sur la grille du bas). Démouler et laisser refroidir.

La tarte-cake-mousse chocolat poire de Christophe Felder

Envie de céder à la gourmandise tout en ne se compliquant pas la vie…eh bien voilà une recette très simple, hyper-rapide à faire et gourmande à souhait.

Alors pourquoi cette appellation tarte-cake-mousse ? Eh bien tout simplement parce qu’une petite partie de la pâte est pré-cuite 10 minutes et forme ainsi un genre de socle que l’on recouvre ensuite du reste de pâte et des poires. Le dessus est juste pris ce qui donne un résultat un peu mousseux (à peine un peu coulant pour moi, mais en refroidissant, l’ensemble se solidifie un peu et ne coule plus)….un pur délice en tout cas ! Recette trouvée ici.

Pour 6 personnes

– 90 g de beurre mou

– 190 g de sucre semoule

– 1 gros œuf

– 1 c à c d’extrait de vanille liquide

– 1 pincée de sel

– 12 cl de crème liquide entière

– 140 g de farine

– 1 c à c rase de levure chimique

– 2 c à s de cacao amer en poudre

– 1 boîte de poires au sirop (j’ai employé une boîte de 425 ml de poires au sirop léger)

 Pour le glaçage 

50 g de gelée de pommes (faite maison pour moi, recette ici) ou d’abricots

Préchauffer le four à 180°C.

Beurrer et fariner le moule (je ne l’ai pas fait, le mien étant en silicone).

Verser tous les ingrédients dans un robot mixeur. Mixer jusqu’à obtenir une pâte bien lisse.

Verser un peu de pâte au fond du moule, sur 1 cm. Faire cuire pendant 10 minutes.

Pendant ce temps, coupee les poires égouttées en 4.

A la sortie du four, ajouter le restant de pâte et les fruits. Remettre au four à 160°C pendant 30 min.

Ne vous inquiétez pas si vous avez l’impression que la partie supérieure n’est pas prise lorsque vous sortez le gâteau du four : sa texture doit rester tendre, comme celle d’une mousse. Laissez prendre pendant 2 heures à température ambiante avant de couper le gâteau.

A l’aide d’un pinceau, étaler la gelée tiédie sur toutes les faces des poires refroidies.

mots clé : cacaopoiresgâteautarte

Pizza aux nectarines

Je vous avais promis d’autres pizzas version sucrée, en voici donc une aujourd’hui qui a fait l’unanimité dans la famille. Encore une fois, c’est tout simple et c’est une manière fort plaisante de terminer un repas estival.

Comme d’habitude, j’ai fait ma pâte dans le thermomix. La texture de la pâte était comme un peu briochée et bien aérée, j’ai adoré !

Pour 5/6 personnes

Pour la pâte

– 250 g de farine

– 10 g de levure fraîche du boulanger

– 20 g de sucre en poudre

– 5 cl d’huile d’olive

– 12 cl d’eau

– 1 pincée de sel

Pour la garniture

– 5 nectarines

– 110 g environ de gelée de pommes (recette maison ici)

– 20 g de sucre glace

– 2 brins de romarin

Préparer la pâte : Verser la farine, le sel et le sucre dans le bol du robot. Incorporer la levure délayée dans l’eau tiède, et l’huile en mixant pour obtenir une belle boule de pâte.

Sur un plan  de travail fariné, travailler la pâte jusqu’à ce qu’elle soit élastique et douce, en ajoutant un peu de farine si nécessaire.  Laisser reposer à couvert quelques instants.

Dénoyauter et couper les nectarines en quartiers. Étaler la pâte sur un plan de travail fariné sur 5 mm d’épaisseur. La déposer dans un moule.

Tartiner cette pâte avec la gelée de pommes (ou autres gelées de fruits éventuellement), puis disposer les quartiers de nectarines en rosace.

Saupoudrer de sucre glace et de brindilles de romarin.

Enfourner 18 minutes à 210°C. Servir chaud ou tiède avec un petit vin rosé de Provence fruité.

Gelée de groseilles

Je suis fan des confitures maison et chaque année je confectionne des gelées de coings, de pommes, de mûres, confiture de prunes (j’adore !) et d’abricots, et pour la première fois j’ai pu faire celle de groseille issue d’un jeune groseillier de mon jardin….trop contente !

Avec les quantités ci-dessous, vous en obtiendrez environ 7 pots.

 

– 2,5 kilos de groseilles

– 250 ml d’eau

– 1,6 kg de sucre cristallisé environ

– le jus d’un gros citron (voire même un peu plus)

Équeuter les groseilles si besoin et les laver rapidement sous le robinet. Les mettre dans un grand récipient de cuisson. Rajouter les 250 ml d’eau et faire cuire environ 15 minutes à feu vif .

Dans un moulin à légumes traditionnel, grille la plus fine, passer louche par louche les groseilles + le liquide pour en extraire le jus (résultat parfait). Peser le jus ainsi extrait.

Rajouter 800 de sucre pour 1 kilo de jus extrait.

Dans le récipient de cuisson, mettre jus de groseille, jus de citron et sucre et porter à ébullition. Laisser cuire en remuant très régulièrement pendant environ  20 minutes (tout dépend aussi de vos fruits). Il faut arrêter la cuisson lorsque un peu de gelée versée sur une assiette froide se fige rapidement.

Mettre la gelée encore bouillante dans des pots très propres et secs. Fermer les pots avec les couvercles et les retourner jusqu’au complet refroidissement.

 

Je ne résiste pas au plaisir de vous partager ces  photos de quelques fleurs de mon jardin parmi mes préférées : la pivoine et la rose Léonard de Vinci (ma préférée étant la Pierre de Ronsard)….pour Toi, mon Lyonnais chéri !!

 

 

 

 

Verrine de bavarois normand

Voici un dessert léger, très agréable en bouche et  très peu sucré…un plaisir à déguster frais.

J’ai remplacé le nappage pour tarte (tout prêt dans le commerce) par de la gelée de coings maison (recette ici) additionnée d’une pointe d’agar-agar….bon, d’accord, j’ai un peu exagéré (volontairement !!) sur la quantité déposée sur les pommes, ce qui n’a pas le même résultat visuel transparent et élégant, mais nous nous sommes régalés quand même !!

 

Pour 4 grosses verrines

– 8 pommes

– 14 cl de crème fleurette bien froide

– 100 g de fromage blanc

– 10 cl de crème anglaise (du commerce ou faite maison)

– 1 feuille de gélatine de 2 grammes

– 30 g de beurre

– 1 c. à soupe de sucre en poudre

– 1/2 sachet de nappage pour tarte + 5 cl de jus de pomme

Réserver 2 pommes et faire une compote avec les 6 autres en les faisant cuire à feu doux dans une casserole contenant un fond d’eau. Couvrir et mélanger de temps en temps. A cette étape, j’ai mixé ma compote  (vous pouvez ne pas le faire). Laisser refroidir et verser dans les verrines pour en remplir un tiers.

Monter la crème fleurette bien froide en chantilly ferme et réserver au frais.

Faire ramollir la gélatine dans de l’eau froide pendant 5 minutes.

Mélanger le fromage blanc et la crème anglaise. Ajouter la gélatine ramollie et fondue doucement au micro-ondes. Ajouter la chantilly. Bien mélanger le tout afin que l’ensemble soit homogène. Verser le bavarois sur la compote et remplir au deux tiers. Placer au frais pendant 2 heures minimum.

Éplucher et couper les 2 pommes restantes en quartiers. Chauffer le beurre dans une poêle et y faire dorer les pommes. Saupoudrer de sucre à mi-cuisson, il faut qu’elles soient dorées. Laisser refroidir dans une assiette.

Déposer les quartiers de pommes sur le bavarois. Diluer le nappage pour tarte avec le jus de pommes et porter à ébullition puis en napper les pommes. Laisser figer et réserver au frais au moins une heure.

 

 

Confiture d’abricots

Chaque année, mon placard est rempli de confitures maison de prunes jaunes, rouges, parfois de myrtilles, et de gelées de mûres, de coings, de pommes, tous ces fruits étant issus de notre cueillette.

J’aime énormément la confiture d’abricots mais étrangement, je n’en avais jamais fait. L’occasion m’en en était donnée ces jours-ci, j’ai acheté un cageot de 5 kg d’abricots à confiture provenant d’Ardèche…de petits abricots bien mûrs et pas trop sucrés. Je me suis donc lancée aussitôt dans cette confiture ultra simple à faire. J’y ai rajouté quelques amandes effilées en fin de cuisson, mais pour plus de goût, vous pouvez casser quelques noyaux des abricots, en retirer l’amande, la monder et l’y ajouter.

Un vrai régal cette confiture !

– 1 kg d’abricots dénoyautés

– 750 g de sucre cristallisé

– 1 jus d’un gros citron

– des amandes effilées (selon goût)

Dans une terrine, bien mélanger les abricots (dénoyautés bien sûr) , le sucre et le jus de citron. Placer au réfrigérateur un douzaine d’heures.

Verser la préparation dans une bassine à confitures et cuire à  ébullition moyenne pendant environ 50  minutes jusqu’à ce que les abricots soient translucides.

Rajouter les amandes effilées, bien mélanger et verser la confitures dans des pots propres et secs. Retourner les pots jusqu’au refroidissement complet.

Raviolis à la ricotta, coulis de framboises

Demain, ça va chauffer dans les friteuses !! Je vous propose donc aujourd’hui une recette gourmande que nous avons dégustée avec grand plaisir. Ces beignets en forme de raviolis sont fourrés de ricotta mêlée à des zestes d’orange confits et frais et le tout accompagné d’un bon coulis de framboises.

Pour fourrer ces raviolis, vous pouvez remplacer la ricotta  par  du broccio de brebis corse, de la brousse de vache ou encore du chèvre frais.


Pour 25 raviolis environ

Pour la pâte :

– 250 g de farine

– 50 g de poudre d’amandes

– 1 c. à café de levure chimique

– 1 pincée de sel

– 2 c. à soupe de sucre

– 2 oeufs

– 80 g de beurre mou

Pour la farce

– 60 g de zestes d’orange confits

– 250 g de ricotta

– 25 g de sucre en poudre

– 1 petite orange

– 1 pincée de muscade

Pour le décor

– 200 g de coulis de framboises (fait maison avec des framboises surgelées pour moi)

– sucre glace

Préparer la pâte : mélanger tous les ingrédients de la pâte et la travailler jusqu’à ce qu’elle soit parfaitement lisse et homogène. L’emballer dans un film alimentaire et la laisser reposer une heure à température ambiante.

L’étaler ensuite sur 3 mm d’épaisseur sur un plan de travail fariné. Couper des carrés de 5 cm de côtés.

Préparer la farce : Hacher les zestes d’orange confits et les mélanger avec la ricotta, le sucre, le zeste d’orange râpé et la muscade.

Verser une cuillère de cette farce sur la moitié des carrés de pâte en laissant un peu d’espace sur les bords. Humecter les bords, puis couvrir d’un autre carré.

Refermer hermétiquement tout en appuyant délicatement sur le tour pour bien souder.

Chauffer l’huile de friture 180°C et y faire dorer les raviolis…attention de bien surveiller, il ne faut pas que les beignets brunissent trop vite (ils cuisent vite !). Les retourner pour qu’ils dorent des deux côtés.

Les égoutter sur du papier absorbant et les servir avec du coulis de framboises.

Un rappel : vous trouverez d’autres recettes de beignets :

– encore à la ricotta, délicieux ...ici

– les bugnes lyonnaises ...ici

– les oreillettes languedociennes …ici

– les merveilles … ici

– les beignets aux pommes classiques et si bons… ici

– les ficelles choco-vanille….ici

Petits clafoutis à l’amande et aux fruits d’automne

C’est dans un ancien Maxi Cuisine que j’ai pioché cette recette qui a été tellement appréciée , que commande est déjà passée pour une nouvelle tournée !! Il est vrai que ces petits clafoutis individuels bien moelleux sont un régal avec des saveurs qui se marient fort bien.

Dans la recette originale, il y avait 300 g de mangue que j’ai remplacée par des coings (et oui, encore eux mais plus pour longtemps), pochés au préalable dans un sirop léger…dé-li-cieux !


Pour 4 personnes

– 2 pommes

– 1 poire

– 300 g de mangue (remplacée pour moi par deux coings)

– 20g + 40 g de beurre très mou

– 1 oeuf

– 40 g de sucre

– 50 g de poudre d’amandes

– 2 gouttes d’extrait d’amandes amères (n’étaient pas dans la recette)

– 1 belle c. à soupe de farine

– 50 ml de crème fraîche

– sucre glace pour le décor

Si vous utilisez des coings, les peler, les couper en dés et les pocher dans 250 g d’eau + 50 sucre pendant 20 minutes.

Peler les pommes et la poire, les couper en dés ainsi que la mangue.

Dans une poêle, mettre les 20 g de beurre et y faire revenir les pommes et la poire pendant 5 minutes en remuant. Ajouter la moitié des coings (de la mangue) et cuire encore 2 minutes. Laisser refroidir.

Préchauffer le four à 210°C.

Dans un saladier, fouetter au batteur électrique l’oeuf et le sucre. Ajouter 40 g de beurre très mou, la poudre d’amandes, la farine et la crème fraîche. Mélanger à la main et ajouter délicatement aux fruits refroidis.

Beurrer 4 cercles individuels de 7 cm de diamètre environ, les poser sur une tôle à pâtisserie garnie de papier sulfurisé.

Les garnir de la préparation et cuire pendant 20 minutes. Laisser refroidir.

Avant de servir, ôter les cercles, déposer chaque clafoutis sur une assiette. Décorer du reste des coings (ou de mangue) revenu dans 10 g de beurre (j’ai également rajouté une cuillère à soupe de gelée de coings maison). Saupoudrer de sucre glace et déguster.

Conseil : si vous n’avez pas de cercles, vous pouvez utiliser des ramequins ou un plat unique.