Archive | octobre 2011

Poire au gingembre, badiane et pain d’épices

C’est à nouveau pour participer au concours sur le thème des épices organisé par Michèle, que je vous propose aujourd’hui ce dessert parfumé et automnal. Il terminera en beauté et douceur un bon repas. La poire se déguste tiède sur une tranche de pain d’épices légèrement grillée et recouverte d’un délicieux jus aux parfums de badiane et gingembre. Un régal tout simple !

Cours-de-cuisine-epices--DSC_0099.jpg

je participe au concours 
de recettes de cuisine aux épices
 

miam miam cours de cuisine 80 épices ou 40 épices épice par épice

Pour 4 personnes

– 8 petites poires « Conférence »

– 1/2 gros citron

– 75 g de beurre

– 100 g de sucre en poudre

– 6 bonnes pincée de gingembre en poudre

– 2 étoiles de badiane (anis étoilé)

– 4 grandes tranches de pain d’épices (fait maison pour moi, recette ici)

Peler les poires, les arroser d’un peu de jus de citron. Avec la pointe d’un économe, les évider en les creusant jusqu’au coeur en partant du côté opposé à la queue. Les citronner à nouveau.

Faire fondre le beurre dans une cocotte. Lorsqu’il commence à mousser, ajouter 50 g de sucre. Y faire revenir les poires jusqu’à ce qu’elles se colorent légèrement. Les saupoudrer alors du reste du sucre. Les retourner dans le mélange sucre/beurre. Les couvrir et laisser cuire 10 minutes à feu assez vif en les arrosant fréquemment de leur jus.

En fin de cuisson, ajouter le gingembre et la badiane dans le jus de cuisson. Couvrir et laisser reposer 20 minutes.

Présenter les poires tièdes sur les tranches de pain d’épices coupées dans la longueur et légèrement grillées. Napper de jus de cuisson.

Bouchées de poulet façon nuggets, sauce raïta

Cette recette trouvée dans une revue « Régal » s’est révélée être un vrai…Régal !! Petits et grands, nous avons tellement aimé ces bouchées qu’elles ont disparu à vitesse grand V, heureusement que j’avais doublé d’emblée les quantités (et augmenté aussi la quantité d’épices). Des huuuumm fusaient des 4 coins de la table…une recette que je vous incite vraiment à essayer.

Cette petite sauce bien fraîche au yaourt et concombre, dynamisée par le piment d’Espelette, dégustée avec les nuggets bien chauds s’accorde à merveille…certains qui n’aiment pas le concombre ont dégusté tout simplement avec du ketchup maison.

Avec cette recette qui contient des épices, je participe au concours organisé par Michèle sur le thème des épices.

Cours-de-cuisine-epices--DSC_0099.jpg

miam miam cours de cuisine 80 épices ou 40 épices épice par épice

Pour 3 personnes

Pour la farce au poulet

– 300 g de blancs de poulet

– 1 gousse d’ail

– 1 oignon

– 1 c. à soupe de coriandre fraîche hachée (ou de persil)

– 1 carré de fromage frais (Kiri pour moi)

– 1 oeuf

– 3 cl de crème fraîche liquide

– curry, gingembre en poudre et paprika pour moi (à vous de rajouter l’épice que vous aimez)

– sel et poivre

Pour la panure

– 2 oeufs

– 100 g de farine

– 200 g de chapelure

– 50 g de graine de sésame

– 1 c. à café de moutarde

– huile de friture

Pour la sauce raïta

– 1 concombre

– 1/2 botte de menthe (quelques feuilles seulement pour  moi)

– 1/2 botte de coriandre

– 3 yaourts nature au lait entier (maison pour moi)

– 1 c. à soupe de crème fraîche

– une pincée de piment d’Espelette

– sel

Coupe 100 g de blancs de poulet en petits dès (prélevés sur les 300 g). Réserver.

Peler et éplucher l’oignon, le couper en morceaux. Éplucher l’ail et le dégermer. Effeuiller la coriandre.

Dans le bol d’un mixer (thermomix pour moi) mettre le reste de poulet, l’oignon, le fromage frais, l’oeuf, les épices, l’ail et la coriandre. Mixer très finement pour obtenir une farce collante. Ajouter la crème, mélanger. Verser dans un saladier.

Ajouter les dès de poulet qui étaient réservés. Saler et poivrer.

Étaler cette farce sur une feuille de film alimentaire. Former 3 rouleaux de 3 cm de diamètre. Les rouler bien serrés. Fermer hermétiquement les extrémités.

Glisser les rouleaux dans une casserole d’eau bouillante et les laisser cuire une bonne dizaine de minutes à petits frémissements. Égoutter et laisser refroidir à température ambiante. Retirer le film  et les couper en tranches un peu épaisses.

Préparer la panure : Verser la farine dans un bol. Dans un second bol, battre les oeufs en omelette avec la moutarde. Dans une troisième assiette, mélanger la farine et les graines de sésame.

Passer les bouchées de poulet dans la farine, les tapoter pour enlever l’excédent. Les passer dans l’oeuf puis dans la chapelure, et à nouveau dans l’oeuf et dans la chapelure.

Chauffer l’huile dans une poêle ou une friteuse. Faire revenir les nuggets 3 minutes jusqu’à ce qu’ils soient dorés en surface. Les égoutter sur du papier absorbant.

ACCOMPAGNEMENT : LA SAUCE RAÏTA

Couper le concombre en petits cubes après avoir ôté les pépins. Les laisser dégorger une heure dans une passoire avec une pincée de sel.

Les presser dans votre main pour éliminer le maximum d’eau.

Mélanger les yaourts, le concombre, la crème fraîche, la menthe ciselée et la coriandre. Ajouter 3 pincées de piment d’Espelette. Saler.

Servir les nuggets très chauds avec la sauce, accompagnés d’une salade.

Mousse au chocolat de Pierre Hermé

Il n’est pas très fréquent que je fasse de la mousse au chocolat, c’est un dessert qui a tendance à m’écœurer assez vite….je devrais plutôt parler à l’imparfait car je viens de découvrir cette recette de Pierre Hermé….LA recette de mousse au chocolat, celle qui sera désormais ma référence.

Elle est super légère (je serais presque tentée de dire light…), très simple à faire, inratable, d’une texture tellement aérienne et mousseuse qu’à chaque cuillère, c’est un nuage de chocolat qui fond dans la bouche. J’ai parfumé cette mousse avec du Grand Marnier. A déguster sans le moindre complexe !

Pour 4 personnes

– 170 gr de chocolat noir

– 8 cl de lait entier (demi-écrémé pour moi) – vous pouvez comme moi ne mettre que 6 cl de lait + 2 cl de Grand Marnier ou Cointreau.

– 20 gr de sucre

– 4 blancs d’oeufs

– 1 jaune d’oeuf

Concasser le chocolat en petits morceaux et faire bouillir le lait. Hors du feu, ajouter le chocolat grossièrement concassé et remuer à la cuillère en bois jusqu’à ce que le mélange soit lisse et onctueux. Ajouter le jaune d’œuf, mélanger.

Dans un saladier, battre les blancs d’œufs en neige ferme avec une pincée de sel. Ajouter progressivement ( en 3 fois pour moi) le sucre tout en continuant de battre au fouet. Ajouter les blancs au mélange chocolaté en mélangeant très délicatement et doucement pour ne pas les casser jusqu’à l’obtention d’une préparation bien homogène.

Verser la préparation dans un grand saladier ou dans des verrines individuelles. Disposer au réfrigérateur minimum 2h, voire toute une nuit.


Petits pains d’épices

Les recettes de pain d’épice sont assez différentes les unes des autres. Je me souviens avoir fait mon premier pain d’épices vers l’âge de 15 ans, c’était un pur régal, il était fondant et très doux, tout le monde l’aimait à la maison ; hélas, j’ai perdu la recette et du coup à présent j’en essaye plusieurs et ne retiens que celles qui me plaisent bien évidemment, afin de vous les partager.

Celle-ci a retenu mon attention car elle a beaucoup plu à mes gourmands qui n’en sont pas fans d’habitude….on comprend pourquoi lorsqu’on sait que c’est la recette de Christophe Michalak, il ne pouvait pas en être autrement !

A refaire et consommer sans modération. Pour cette fois, j’ai utilisé deux miels : un de fleurs et un plus puissant provenant de corse ! Christophe les présente remplis en leur centre de marmelade d’orange, ce qui doit s’accorder à merveille, pour ma part, et parce que j’en ai beaucoup, j’ai choisi la gelée de coings maison.

Une autre très bonne recette de pain d’épices que j’avais faite, cliquez ici !

– 150g d’eau (15 cl)

– 60 g de sucre semoule

– 150 g de miel

– 3 g de mélange 4 épices

– 1 zeste de citron jaune

– 2 zestes de citron vert

– 1 zeste d’orange

– 4 g d’anis étoilé ou badiane

– 1 pincée de sel fin

– 150 g de farine T55

– 5 g de levure chimique

– 95 g de beurre

– 1 pincée de bicarbonate de soude

– 150 g de marmelade d’oranges amères (pour la version originale)

Dans une casserole, faire bouillir l’eau, le sucre, le sel et le miel. Ajouter ensuite le mélange 4 épices, l’anis étoilé, les zestes de citron jaune, d’orange et de citrons verts.  Ajouter le beurre et  laisser fondre. Couvrir la casserole et laisser infuser hors du feu pendant 20 minutes.
Tamiser la farine et le bicarbonate de soude dans un saladier. Passer l’infusion au travers d’un chinois.

Verser progressivement le mélange liquide sur la farine et la levure en remuant à l’aide d’un fouet pour obtenir un mélange homogène.

Mouler au 3/4 dans des moules silicone si possible. Cuire environ 10 minutes dans un four préchauffé à 180°C [thermostat 6]. Garnir chaque pain d’épices avec de la marmelade d’oranges amères, puis les coller par deux si vous choisissez cette option.

Pesto rosso et pesto verde

Mamma mia, che è buono !! Qu’il soit rouge ou vert, que j’aime le pesto !….et je réalise que je ne vous ai jamais encore partagé ces recettes.

Vous les  connaissez très certainement déjà, ce sont des classiques, mais c’est tellement délicieux en accompagnement de pâtes et de tant d’autres préparations, ou même simplement sur une tranche de pain de campagne grillée ! Si simples et vite faits ces pesto, il ne faut pas s’en priver !

Je vous souhaite un très agréable week-end mes amis !

PESTO ROSSO

Pour 200g de Pesto Rosso 

– 100 g de tomates séchées

– 30 g de pignons de pin légèrement grillés

– 1 gousse d’ail

– 5 feuilles de basilic

– 25 g de parmesan fraîchement râpé

– 5 cl d’huile d’olive

Mettez dans le bol d’un mixeur les tomates séchées, les pignons préalablement grillés, l’ail pelée, le basilic et le parmesan.

Mixez afin d’avoir une pâte homogène. Versez progressivement l’huile d’olive jusquà consistance/ goût désirée. Mettez en bocaux. Pour le conserver une bonne dizaine de jours, rajouter un couche d’huile d’olive.

PESTO VERDE (pesto genovese plus exactement)

– 50 g de basilic frais

– 100 g de parmesan

– 100 g de pignons de pin

– 2 gousses d’ail

– huile d’olive (80 g + ou -)

– sel, poivre

Mettre le basilic, le parmesan, les pignons, l’ail, le sel et le poivre dans un mixer. Mixer de manière à avoir une pâte homogène et rajouter au fur et à mesure de l’huile d’olive jusqu’à l’obtention d’une texture souple ni trop épaisse, ni surtout trop liquide.

Tartelettes mirliton au nutella

C’est sur le joli blog « Les petits plats dans les grands » que j’ai trouvé cette recette qui m’a tout de suite emballée, comme la majorité des recettes de Cojocano d’ailleurs.

Ayant tous les ingrédients sous la main, je n’ai pas tardé à faire ces tartelettes qui ont enchanté le palais gourmand de mes étudiants de retour à la maison. Une tartelette en a appelé une autre puis….allez, on se partage la troisième ?! Bref un délice surtout dégusté à peine refroidi. Entièrement faites en un clin d’oeil, dans le thermomix pour ma part.

Bonne journée à vous tous et merci de votre fidélité.

Pour la pâte sablée

– 250 g de farine

– 125 g de beurre mou

– 50 g de sucre en poudre

– 75 g de lait

– 2 jaunes d’oeufs

– 1 sachet de sucre vanillé

– 1 pincée de sel

Pour la garniture

– nutella ou confiture de framboise (gelée de coings maison pour moi, il y en a tellement dans les placards !)

– 90 g de poudre d’amande

– 120 g de sucre

– 2 oeufs

– 1 sachet de sucre vanillé

– 70 g de crème fraiche épaisse

Préparer la pâte sablée : Préchauffer le four à 180°c. Mettre tous les ingrédients de la pâte sablée dans le bol du thermomix et programmer une minute sur fonction épi.

Laisser la pâte reposer 30 minutes puis l’étaler sur un plan de travail fariné.

Avec un emporte pièce adapté à vos moules, découper des portions de pâte et les placer dans les moules.

Préparer la garniture : Mélanger la poudre d’amande, les sucres, la crème épaisse  puis les oeufs.

Sur les fonds de pâte mettre une cuillerée de nutella (ou de confiture), puis verser par-dessus la crème à l’amande.

Cuire 20 à 25 minutes au four à 180°C.

Gâteau invisible aux pommes

Cette recette d’Eryn Folle Cuisine a dû faire le tour des blogs et vous devez déjà la connaître peut-être. Je l’avais repérée depuis longtemps mais ce n’est qu’aujourd’hui que je l’ai faite, ayant des pommes en réserve qu’un ami nous a gentiment données.

Ce gâteau est vite fait, très léger, il peut clôturer un repas même copieux, sucré juste ce qu’il faut…idéal pour faire manger du fruit aux enfants ! Mais invisible pourquoi donc ?? Tout simplement parce que les pommes sont coupées en très fines lamelles et se mêlent intimement à la pâte, on les devine plus qu’on ne les voient franchement, c’est très joli en plus !

– 5 pommes

– 2 oeufs

– 10 cl de lait

– 70 g de farine

– 50 g de sucre en poudre

– 20 g de beurre fondu

– 1 sachet de levure chimique

– 1 c. à café d’extrait de vanille liquide

Fouetter les oeufs et le sucre jusqu’à ce que le mélange devienne blanc et mousseux. Ajouter le beurre fondu, le lait, l’extrait de vanille puis fouetter de nouveau.

Verser petit à petit la farine tamisée et la levure. Fouetter jusqu’à l’obtention d’une pâte bien lisse.

Enlever le trognon des pommes et les éplucher. Les couper en deux, puis les trancher finement à l’aide d’une mandoline.

Jeter les tranches de pommes au fur et à mesure dans la pâte en remuant pour qu’elles s’imprègnent bien.

Beurrer et fariner un moule carré de 20 cm de côté (rond pour moi), verser la pâte aux pommes, lisser avec une spatule pour que ce soit bien régulier. Mettre au four préchauffé à 180°C pendant 30 minutes.

Laisser refroidir et couper le gâteau en morceaux. Saupoudrer éventuellement de sucre glace.

 


 


 


Compote de coings au miel et cake châtaigne-noisette

Au beau milieu d’un été indien qui se prolonge, l’automne s’installe, il est bel et bien là avec un paysage qui commence à se parer de belles couleurs chaudes et ses fruits aux saveurs rustiques.

C’est un dessert automnal que je vous propose aujourd’hui avec une déclinaison supplémentaire du coing dont c’est encore la pleine saison. On retrouve aussi toutes ces saveurs d’octobre dans le cake à la châtaigne, aux noisettes, aux écorces d’oranges confites et raisins secs. L’ensemble se marie très bien.

Pour 6 personnes

Pour la compote

– 5 coings bien mûrs

– 1 citron

– 180 g de sucre en poudre

– 4 c. à soupe de miel

Pour le cake (pour un moule à cake ou version mini-cakes pour moi)

– 3 oeufs

– 150 g de beurre mou

– 125 g de sucre glace

– 150 g de farine blanche

– 60 g de farine de châtaigne

– 1/2 paquet de levure chimique

– 40 g d’écorces d’oranges confites

– 100 g de noisettes décortiquées

– 40 g de raisins secs

– 1 pincée de poudre de vanille

– 2 pincées de sel

Préparer la compote : Éplucher les coings et les couper en quartiers. Retirer le coeur et couper les quartiers en morceaux. Les arroser avec le jus de citron. Les plonger dans une casserole d’eau bouillante et à la reprise du bouillon, les rafraîchir et les égoutter.

Porter à ébullition 20 cl d’eau avec le sucre. Ajouter le miel, puis les coings. Laisser cuire à feu doux 45 minutes en mélangeant souvent. Mixer finement le tout, verser dans un compotier et laisser refroidir. Filmer et réfrigérer jusqu’au moment de servir.

Préparer le cake : Préchauffe le four à 180°C.

Mélanger le beurre mou et le sucre glace jusqu’à ce que la préparation soit crémeuse. Ajouter les oeufs un à un en mélangeant puis incorporer les deux farines et la levure.

Rincer les écorces d’oranges confites, les sécher et les hacher avec 80 g de noisettes. Les ajouter à la pâte avec les raisins secs et la vanille ainsi que le sel. Bien mélanger.

Verser dans un moule à cake en silicone. Parsemer de 20 g de noisettes concassées. Faire cuire 30 minutes au four. Ramener la température à 150°C et laisser encore cuire 15 minutes.

Démouler et laisser refroidir complètement sur une grille. Servir accompagné de la compote de coings bien fraîche.

Torta delle rose

Nous sommes mi-octobre et les roses sont encore bien belles dans le jardin, elles profitent elles aussi, de l’été indien ! Voici un délicieux gâteau pour leur rendre hommage avant que n’arrivent les premières gelées (parfois précoces ici).

La torta delle rose, en forme de bouquet de roses, est née pour honorer le raffinement et à la beauté de la noble Isabella d’Este  (épouse du marquis Francesco Gonzague, en 1490) ; elle  fut tellement appréciée par la jeune épouse qu’elle devint un classique de la cour de Mantoue.

Ce gâteau, bien simple à faire, est très moelleux et délicatement parfumé à la vanille et au citron (ou à l’orange), un vrai bonheur en bouche. Recette trouvée sur le blog « Le Pétrin ».

Pour celles et ceux qui possèdent le thermomix, vous pouvez, comme je l’ai fait ici, préparer la pâte mais aussi la crème avec ce robot …gain de temps et résultats garantis.

Je vous souhaite un excellent week-end !

Pour la pâte briochée

  • 500 g de farine

  • 20 g de levure fraîche du boulanger

  • 60 g de sucre

  • 1 sachet de sucre vanillé

  • 1 c. à c de sel

  • 1/4 à 1/2 zeste finement haché d’orange ou de citron

  • 3 jaunes d’oeuf

  • 1 oeuf entier

  • 200 ml de lait

  • 80 g de beurre tempéré

Pour la crème au beurre vanillée

  • 100 g de beurre très mou

  • 60 g de sucre ou cassonade

  • 1 gousse de vanille ou 1 c. à café de vanille en poudre

Pour dorer

– un blanc d’oeuf

   En machine à pain : Placer dans l’ordre la levure sèche puis les farines tamisées, le sucre, le sucre vanillé et le sel dans la cuve. Verser par-dessus les jaunes d’oeuf, l’oeuf entier, le lait tempéré et le zeste finement haché. Mettre en route un programme « pâte » et commencer à incorporer le beurre mou en petites portions (une à la fois) dès que la pâte forme une boule.

  • note: selon le type de machine, l’ordre des ingrédients peut être inverse: il faut alors commencer par verser les liquides puis par-dessus les ingrédients secs. Dans ce cas, il est préférable de mélanger au préalable dans un bol la farine et la levure sèche. Pour utiliser la levure fraiche, il suffit de l’émietter dans le mélange ou de la délayer au préalable dans une partie du lait tiède.

  • Dans le thermomix  : Mettre le lait dans le bol avec la levure, programmer 30 secondes à 45 degrés, vit. 4. Ajouter ensuite le beurre et tous les autres ingrédients pour la pâte. Mettre sur fonction épi pendant 4 minutes.

  • A la main : Verser dans un grand saladier les farines tamisées (réserver environ 50 g pour ajouter au fur et à mesure du pétrissage) et la levure sèche. Mélanger puis ajouter les sucres et le sel et mélanger à nouveau avec une cuillère en bois. Creuser un puits et verser les jaunes d’oeufs, l’oeuf entier légèrement battu, le zeste d’orange ou de citron  râpé et le lait tiède.

    Commencer à mélanger en partant du centre et en élargissant le mouvement vers les bords pour incorporer la farine petit à petit jusqu’à formation d’un amas autour de la cuillère. Travailler la pâte à la cuillère ou à la main avant d’ajouter le beurre par petits morceaux en malaxant la pâte jusqu’à ce qu’il soit complètement incorporé.

    Pétrir 6 mn en ajoutant éventuellement le reste de farine si la pâte continue à coller aux parois ou au fond du saladier/bol: la pâte finale doit être lisse et satinée, légèrement collante au toucher.

    Placer la pâte en boule dans un saladier légèrement huilé et laisser reposer 1h environ ou le temps que la pâte double de volume (à la MAP une fois le beurre incorporé et la pâte pétrie, finir le programme pâte dans la machine -30 min – et laisser lever dans la cuve le reste du temps).

    Préparer la crème au beurre vanillée

    Placer le beurre très mou dans un saladier et le travailler à la cuillère en bois pour lui donner une texture pommade. Ajouter le sucre et les grains de vanille extraits de la gousse (ou la vanille en poudre) et battre énergiquement pour obtenir une crème onctueuse et homogène. Couvrir et réserver.

    Beurrer et fariner très légèrement un moule de 26 cm.

    Transvaser la pâte sur un plan de travail légèrement fariné, la replier 2-3 fois pour la dégazer partiellement.

    Fariner à nouveau le plan de travail sur une grande surface, poser au centre la pâte et l’étaler délicatement au rouleau de manière à former un rectangle d’environ 35 x 50 cm grand côté face à soi.

    Répartir sur la pâte la crème au beurre vanillée en l’étalant au maximum avec une spatule longue ou une maryse (veiller à ne pas trop appuyer pour ne pas dégazer trop la pâte et surtout à ne pas déchirer la pâte).

    Rouler la pâte en boudin comme pour un gâteau roulé (grand côté roulé vers soi) en veillant à garder la jointure dessous. Avec un grand couteau bien aiguisé, découpé des tranches égales d’environ 4 cm d’épaisseur (théoriquement, on devrait obtenir 12/13 tranches mais on peut faire des tranches moins épaisses pour un « bouquet » plus fourni).

    Placer les tranches côté coupé dessus dans le moule et laisser lever à nouveau environ une bonne heure.

  • Préchauffer le four th. 6 (180°C). Badigeonner délicatement et très légèrement les rouleaux avec du blanc d’oeuf légèrement battu avec une pincée de sel.

  • Enfourner et cuire environ 25 min. Laisser tiédir avant de démouler.

  • Servir saupoudré de sucre glace tamisé.

Coings rôtis au miel et au romarin

Mon mari aime beaucoup les desserts aux coings et en octobre, en général, je me mets en quête de recettes qui permettent de décliner ce fruit délicieusement parfumé.

C’est dans une revue « Régal » que j’ai déniché celle-ci qui a été fort appréciée par ma tablée. La saveur du coing se mêle au parfum de l’orange, du miel et du romarin pour former un tout original et raffiné. Ce dessert est à déguster chaud ou tiède accompagnée d’une crème glacée à la vanille.

Pour 5 personnes

– 4 coings bien mûrs (1 kg)

– 6 c. à soupe de miel liquide

– 6 c. à soupe de sucre en poudre

– 1 orange

– 1 citron

– 1 brin de romarin

– 40 g de beurre

Préchauffer le four à 155°.

Éplucher les coings et les couper en quartiers. Retirer le coeur et les pépins. Couper ces quartiers en grosses lamelles (pas trop grosses non plus). Les arroser de jus de citron.

Faire bouillir de l’eau dans une casserole et y plonger les morceaux de coings. A la reprise de l’ébullition, les enlever, les rafraîchir sous l’eau et les égoutter.

Mettre les coings dans un plat à four beurré. Les saupoudrer de sucre, parsemer le restant de beurre en petits morceaux et effeuiller le romarin.

Dans un petit bol, mélanger le jus d’orange avec 10 cl d’eau et le miel. Verser ce mélange sur les coings.

Faire cuire environ 50 minutes en arrosant régulièrement les coings de leur jus de cuisson. S’ils ne sont pas tendres au bout des 50 mn, prolonger un peu la cuisson.

Mettre les coings dans un compotier. Verser le jus de cuisson dans une casserole. Faire bouillir et réduire en sirop (5 petites minutes environ). A surveiller.

Verser ce sirop sur les coings et servir chaud ou tiède.

Pommes de terre farcies aux blettes

Je me suis inspirée de la recette d’Anick pour utiliser les dernières pousses de blettes du jardin. Toute la tablée a beaucoup aimé ce plat, voilà une façon très agréable de déguster les blettes…et les pommes de terre ! J’ai ajouté une tranche de jambon coupée en petits morceaux dans la farce.

Merci Anick !

– 4 grosses pommes de terre
– 300 g de blettes (ou épinards)
– 50 g de comté râpé
– 25 cl de crème fraîche
– 2 belles pincées de noix muscade
– poivre 5 baies
– gros sel , sel

– huile d’olive

Laver et brosser les pommes de terre. Les mettre dans une casserole avec un peu de gros sel, les recouvrir d’eau, ajouter un bouillon cube. Laisser cuire jusqu’à ce qu’elles soient tendres.

Vous pouvez aussi les faire cuire au four comme l’indique Anick. Dans ce cas, préchauffer le four sur thermostat 6 (210°).

Laver et brosser les pommes de terre , pratiquer deux entailles en croix sur le dessus.

Parsemer de gros sel  et les envelopper chacune dans une feuille d’aluminium et les faire cuire au four pendant 30minutes environ selon le four.

Pendant ce temps , laver les blettes, conserver uniquement les  feuilles. Pour ma part, j’ai mis côtes et feuilles car c’étaient de jeunes pousses bien tendres.

Les hacher finement.  Faire  mousser le beurre dans une grande poêle à revêtement antiadhésif, faire revenir les blettes jusqu’à ce qu’elles soient tendres, ajouter la crème fraîche , la noix muscade, (éventuellement un peu de jambon blanc), saler et poivrer tout en mélangeant ; lorsqu’elles sont cuites, sortir les pommes de terre  du four , ôter la feuille d’aluminium et à l’aide d’une petite cuillère, les creuser délicatement en prélevant la chair.

Mélanger la chair aux blettes , répartir la farce dans chaque pomme de terre ajoutez le comté râpé et un filet d’huile d’olive sur chaque pommes de terre.

Déposer les  pommes de terre farcies  dans un plat allant au  four, les placer  sous le gril pendant 5 à 10 minutes

Lorsque le dessus est  doré, sortir les pommes de terre du four et déguster aussitôt.

Moelleux de courgettes à la mozzarella

Dès que j’ai vu cette recette chez Laurence, je l’ai faite dans la foulée car j’adore accommoder les courgettes de toutes les manières possibles.

Ces moelleux, très simples à réaliser, sont vraiment très très bons et parfaits pour accompagner viandes ou poissons (recette de Sophie Dudemaine). A tester sans hésiter, je les ai faits cuire dans des cercles ; (excellents réchauffés également). Merci Laurence !

– 4 courgettes moyennes

– 200 g de mozzarella râpée

– 2 gousses d’ail

– 4 c. à soupe d’huile d’olive

– 1 c. à café bombée de paprika

– 4 c. à soupe d’herbes fraîches (persil, cerfeuil et ciboulette pour moi)

– 2 oeufs

– 50 g de chapelure

– sel et poivre

Laver les courgettes. Avec le couteau, les couper en rondelles sans retirer la peau, puis en dés.  Éplucher et hacher les gousses d’ail.

Dans une sauteuse antiadhésive, faire revenir dans l’huile, à couvert et à feu moyen, les courgettes avec l’ail et le paprika pendant 15 minutes ,saler et poivrer.

Préchauffer le four à 180 °C (th. 6). Dans un saladier, mélanger la garniture avec la mozzarella râpée, les herbes, les oeufs et la chapelure.

Saler un peu (pas trop ou pas du tout en raison de la forte présence de fromage), poivrer, goûter, et rectifier l’assaisonnement si nécessaire. Répartir le hachis dans  4 ou 5 cercles selon taille. Tasser légèrement.

Mettre au four pendant 15 min. À la sortie du four, retirer les cercles à l’aide du poussoir éventuellement, puis, à l’aide d’une pelle, transporter les hachés gourmands sur chaque assiette.

Servir en accompagnement de viande ou de poisson.


Panna cotta aux Carambars, pommes caramélisées et coulis de caramel au beurre salé

J’ai toujours quelques Carambars au caramel dans le placard, non pour les déguster tels quels, mais pour les décliner dans les desserts, j’adore…Alors pourquoi pas une panna cotta, toujours si simple à faire, au délicieux goût de Carambar et comme c’est la saison des pommes j’ai agrémenté la panna cotta de tranches de pommes caramélisées dans du beurre et du sucre. Puis j’ai pensé qu’un caramel au beurre salé (ça, c’est mon péché mignon !) viendrait rendre le tout encore plus gourmand.

Verdict de ma tablée :  huummm, on adore !

Pour 5 panna cotta (moules à muffins en silicone pour moi)

– 250 g de lait

– 200 g de crème liquide (allégée pour moi)

– 2 g d’agar-agar

– 9 Carambars au caramel

Pour les pommes

– 3  pommes

– 40 g de sucre en poudre

– 40 g de beurre

Pour le caramel au beurre salé

Recette ici…..un régal !!

Préparer les panna cotta  : Faire fondre doucement les carambars dans le lait et la crème. Délayer l’agar-agar dans une cuillère à soupe de lait froid et l’incorporer au mélanger précédent tout en remuant avec un fouet. Porter à ébullition. Réduire le feu et laisser cuire 1 minute en tournant régulièrement.

Verser dans des petits moules en silicone et placer au frigo environ 2 ou 3 heures.

Préparer le caramel au beurre salé selon la recette indiquée ci-dessus. Laisser bien refroidir (il peut aussi se conserver plusieurs jours au frigo).

Préparer les pommes : Peler les pommes et les découper en tranches fines.

Dans une poêle, mettre le beurre et le sucre et faire chauffer. Ajouter les pommes et faire cuire sur feu moyen en remuant souvent. Il faut que les pommes soient tendres et très légèrement caramélisées. Réserver.

Au moment de déguster, démouler les panna cotta sur des assiettes, disposer quelques tranches de pommes caramélisées et verser un peu de caramel par-dessus.


Rissole de la mer et sa crème de petits pois de Sabrina

Êtes-vous fan de l’émission Master Chef ? Pour ma part, je ne la raterais pour rien au monde …en ce moment, les jeudis soirs sont sacrés et je n’en perds pas …une miette !!

Jeudi dernier, cette recette  a été félicitée par le Jury, et elle a valu à Sabrina…..un bisou du Chef Frédéric Anton, rien que ça !!…et pour un plat concocté avec des boîtes de conserve, s’il vous plaît ! ça c’était le but du jeu..

 Du coup, je n’ai eu qu’une idée en tête, c’est de la reproduire à la maison le plus vite possible….je n’ai pas eu, bien sûr, le bisou étoilé, mais ceux des miens m’ont comblée car ces rissoles valent bel et bien le détour !! Je n’en avais jamais fait, mais je suis prête à recommencer, c’était délicieux !

Il y a plusieurs étapes dans cette recette, mais somme toute, elle est très simple à faire….essayez, vous allez adorer !!

Pour les rissoles :

  • 1 boite de saumon au naturel

  • 1 boite de crevettes décortiquées

  • ½ oignon (s’il est petit, le mettre entier )

  • 2 gousses d’ail

  • 1 feuille de laurier

  • Sel poivre

    Pour la béchamel :

  • 30g de beurre

  • 2 c.à soupe de farine

  • 20 cl de lait

  • Un peu de muscade

  • Sel poivre

    Pour la panure :

  • 1 oeuf

  • 3 cas de Farine

  • 5 cas de Parmesan râpé

  • Poivre

    Pour la crème de petits pois :

  • 1 boite de petits pois

  • 1 feuille de laurier

  • ½ oignon

  • 30g de beurre

    Pour la pâte à rissoles :

  • 2 bols d’eau

  • 2 bols de farine tamisée

  • 40g de beurre

  • une bonne pincée de sel

Préparer la pâte à rissoles :

Mettre l’eau et le beurre dans une casserole. Laisser fondre ; une fois fondus, ajouter en une seule fois la farine et le sel et mélanger afin d’obtenir une pâte compacte qui se détache des parois de la casserole. Sécher quelques instants sur le feu en la tournant à l’aide d’une spatule. Réserver dans un saladier et laisser refroidir.

Préparer la farce des rissoles :

Émincer finement l’oignon et l’ail. Chauffer un filet d’huile d’olive dans une poêle et y faire fondre l’oignon et l’ail. Ajouter les crevettes (préalablement égouttées) ainsi que le saumon émietté et égoutté. Ajouter une feuille de laurier. Laisser compoter environ 5 min sur feu moyen. Réserver.

Préparer la béchamel ( pour aller plus vite je l’ai faite dans le thermomix) :

Dans une casserole faire fondre le beurre. Une fois fondu, ajouter la farine, et fouetter énergiquement afin de lier l’ensemble. Verser petit à petit du lait, et cuire doucement tout en remuant, jusqu’à l’obtention d’une consistance crémeuse. Hors du feu, saler et poivrer, ajouter une pointe de muscade.

Ajouter cette béchamel à la farce à base de crevettes et saumon, bien mélanger le tout.

Façonner les rissoles :

Prendre la boule de pâte et l’étaler finement sur un plan de travail fariné. Déposer au centre de la pâte des cuillères à soupe de farce et replier la pâte afin de former la rissole. Découper une demi lune à l’aide d’un emporte pièce, souder les bords à l’aide des doigts d’une fourchette. Mettre une poêle à chauffer avec de l’huile (pour ma part, j’ai fait cuire à grande friture).

Préparer la crème de petit pois :

Mettre à chauffer les petits pois dans une casserole avec l’oignon coupé en morceaux et une feuille de laurier…pour ma part, j’ai émincé l’oignon, je l’ai fait revenir dans un peu d’huile avant d’y rajouter les petits pois !  Une fois chauds, les mixer au mixer plongeant (au thermomix pour moi) . Ajouter de la crème pour obtenir une consistance crémeuse. Rectifier l’assaisonnement.

Pour le beurre noisette :

Mettre du beurre dans une casserole, faire chauffer. Le beurre sera noisette une fois qu’il aura cessé de crépiter. Débarrasser dans une passoire afin de ne garder que le beurre.

Préparer la panure :

Dans un petit bol, fouetter un œuf entier. Dans un autre petit bol, mélanger 3 cas de farine et 5 cas de parmesan. Poivrer légèrement. Tremper une à une les rissoles dans l’œuf puis dans le mélange précédent. Faire frire les rissoles dans l’huile chaude et débarrasser sur une assiette recouverte de papier absorbant.

Dresser la crème dans un petit pot, y déposer quelques gouttes de beurre noisette. Dans une assiette, dresser les rissoles et déguster immédiatement.

Tarte amandine poire/framboise

Je vous propose en ce début de semaine une tarte que nous avons franchement adorée. Une pâte sablée croustillante garnie d’une crème aux amandes s’accordant à merveille avec le doux parfum des poires, relevé par la touche pimpante qu’apportent les framboises.

Et comme il me restait quelques poires et des framboises surgelées, j’ai refait cette recette version tartelettes individuelles. Attention toutefois, cette pâte sablée est un peu fragile, maniez-la délicatement. Si vous le pouvez, utilisez un moule avec fond amovible, cela facilitera grandement le démoulage. Recette trouvée sur le site 750 grammes.

Pour 8 personnes

Pour la pâte sablée :

– 240 g de farine

– 150 g de beurre mou

– 90 g de sucre

– 30 g de poudre d’amandes

– 1 sachet de sucre vanillé

– 1 jaune d’oeuf

– 1 pincée de sel

 Crème d’amande :

– 120 g de poudre d’amande

– 2 œufs

– 100 g de sucre

– 20 cl de crème liquide entière

– 3 ou 4 poires selon grosseur

– 125 g de framboises

 Finition :

– Amandes effilées (oups, j’ai complètement oublié de les mettre, dommage !!)

– 2 c à s de confiture d’ abricot

Préparer la pâte sablée : Dans le bol du blender ou robot mettre la farine, le sucre, le sucre vanillé et le sel. Ajouter le beurre coupé en dés et mélanger avec le batteur  jusqu’à l’obtention d’un mélange sablé.

Ajouter le jaune d’œuf et la poudre d’amande et battre jusqu’à l’obtention d’une pâte qui se détache des parois du bol, et qui est non collante.
Laisser reposer.
Étaler la pâte avec le rouleau entre 2 feuilles de papier cuisson.
Foncer un moule à tarte de 28-30 cm de diamètre.
Piquer le fond de pâte à la fourchette et mettre au frais le temps de préparer la garniture.

Préparer la crème d’amandes : Dans le bol du batteur cette fois-ci équipée du fouet, battre les oeufs avec le sucre.

Quand le mélange est mousseux ajouter la poudre d’amande et la crème. Battre de nouveau.
Déposer des demi-poires préalablement éplucher, vider et trancher en lamelles sur le fond de tarte puis parsemer de framboises fraîches uniformément, couvrir avec la crème d’amande.

Parsemer d’amandes effilées.
Mettez au four 30 min à 180°C (th.6).
Laissez refroidir.
Quand la tarte est tiédie, chauffer légèrement la confiture et en badigeonner la tarte à l’aide d’un pinceau.
Démouler très délicatement et présenter sur un plat de service.