Archive | septembre 2010

Sablés de figues rôties et crème balsamique

La figue fraîche est un fruit que j’aime beaucoup, bien plus que lorsqu’elle est séchée. Je rêve d’avoir un figuier dans mon jardin et mordre à pleines dents dans les fruits fraîchement cueillis… qui sait peut-être un jour !

En attendant, je vous propose aujourd’hui une recette qui m’a vraiment bien régalée tant par le mélange des textures que par les saveurs. Si vous aimez les figues, n’hésitez pas à l’essayer, c’est tout simple à faire et délicieux, (source « craquez pour les sablés »).


Pour 6 personnes

– 500 g de pâte sablée (recette de base ici)

– 12 figues violettes fraîches

– 200 g de fromage blanc à 20 %

– 200 g de confiture de fraise

– 4 c. à soupe de Velours balsamique de Maille

– 20 g de sucre en poudre

Mixer la confiture de fraises avec le Velours balsamique et 15 cl d’eau. Porter le mélange à ébullition dans une casserole. Réserver hors du feu.

Préchauffer le four à 180°C.

Sur un plan de travail fariné, étaler la pâte sablée sur 5 mm d’épaisseur. Découper 6 rectangles de 10 cm x 5 cm. Les déposer sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé. et enfourner. Faire cuire une dizaine de minutes environ. Laisser refroidir.

Couper les figues en deux. Les placer dans un plat à four et recouvrir de crème balsamique à la fraise. Faire cuire au four 15 à 20 minutes th 180°C.

Au moment de servir, mélanger le fromage blanc avec le sucre, bien battre. Le répartir sur les sablés et déposer dessus les figues rôties et enfin napper de jus balsamique.

Sauté de porc façon veau Marengo

L’automne est bien là avec ses températures très fraîches, ses journées grises (en tout cas chez nous), et la nature qui se met peu à peu au repos, de quoi me donner envie de concocter des petits plats en sauce.

J’avais acheté du sauté de porc et je l’ai accommodé à la façon Marengo qui est un grand classique toujours très apprécié et si simple à réaliser. De plus, fait la veille, il est encore meilleur réchauffé. Un véritable régal dévoré en un clin d’oeil !


Pour 5 personnes

– 800 g de sauté de porc (ou porc coupé en dés)

– 1 gros oignon

– 1 grosse carotte

– 1 boite de tomates en dés concassés (ou 4 tomates fraiches coupées en dés)

– 2 gousses d’ail

– 1 petite boite de concentré de tomates

– 1 boite de champignons de Paris (ou 250g de champignons de Paris frais)

– 1 cuillère à soupe de farine

– 20 cl de vin blanc

– 20 cl d’eau

– 1 cuillère à soupe de fond de veau en poudre

– 200 g d’olives vertes dénoyautées

– 1 cuillère à soupe d’huile d’olive

– 1 cuillère à soupe de beurre

– bouquet garni + 1 feuille de laurier pour moi

–  sel, poivre

Pour accompagner

Pommes de terre vapeur ou riz ou pâtes fraîches.

Couper le porc en dés. Eplucher et émincer l’oignon. Eplucher la carotte et la coupezr en tous petits dés.

Dans une cocotte, faire chauffer l’huile d’olive et le beurre. Y faire revenir le porc pendant 5 mn en remuant souvent.

Ajouter les oignons et les carottes , les faire suer (cuire doucement) pendant 10 mn.

Ajouter le concentré de tomates, bien mélanger. Ajouter la farine en remuant énergiquement.  Ajouter les tomates en dés, le vin blanc, l’eau,  la cuillère à soupe de fond de veau, l’ail, les olives dénoyautées, ainsi que  le bouquet garni et la feuille de laurier.  Saler, poivrer. Couvrir et laisser cuire à feu doux pendant 35 à 40 minutes en remuant régulièrement l’ensemble.

Dix minutes avant la fin de la cuisson ajouter les champignons de Paris émincés.

Gelée de pommes

Une  voisine vient de me donner plusieurs kilos de pommes de son jardin et devant cette profusion de fruits, j’ai décidé d’essayer de faire de la gelée. C’est la première fois que j’en fais.

J’ai procédé exactement comme pour la gelée de coings et le résultat m’a vraiment séduite, du coup,  je vais en refaire ce week-end !

Cette gelée est très douce, se tient bien et est fondante en bouche. Je l’ai très légèrement parfumée à la vanille, mais vous pouvez remplacer cette dernière par un peu de cannelle ou pourquoi pas un peu de calvados.

Une petite astuce : lorsque vous faites des tartes aux pommes classiques, une fois cuites, badigeonnez-les généreusement avec cette gelée légèrement chauffée avec à peine un peu d’eau dans une casserole. Cela renforce le goût des pommes et fait briller magnifiquement le dessus de la tarte. Ainsi nappées, mes tartes ont eu un réel succès !


– 2,5 kg de pommes

– 1 citron

– 1 gousse de vanille (facultatif), voire même une demi-gousse seulement pour un arôme très léger

– environ 1,5 kg de sucre cristallisé (à ajuster selon le poids du jus obtenu)

Comment j’ai procédé : j’ai lavé les pommes et ôté la queue. Je les ai découpées en gros quartiers, sans les peler ni épépiner, et mis dans le récipient de cuisson. J’ai recouvert d’eau à niveau, c’est à dire que les fruits étaient à peine recouverts d’eau. J’ai laissé cuire ainsi jusqu’à ce que les pommes soient bien tendres et se défassent même un peu. Cela a pris près d’une heure avec la variété que j’avais.

J’ai laissé ainsi macérer plusieurs heures. Vous pouvez laisser toute une nuit.

Ensuite j’ai placé un chinois au dessus d’un grand récipient, et j’ai déposé louche par louche les pommes avec le jus de cuisson en appuyant fort avec le dos de la louche pour extraire le maximum de jus.

J’ai alors pesé le jus, remis dans le récipient de cuisson et j’ai rajouté 750 g de sucre cristallisé par kilo de jus. J’ai également rajouté le jus d’un gros citron et une gousse de vanille fendue en deux (facultatif).

J’ai mis à cuire le tout environ 45 minutes, mais le temps pourra être un peu réduit selon les fruits ou la consistance choisie (pour moi, j’aime une gelée qui se tient bien). La gelée est cuite de toute façon lorsque quelques gouttes versées sur une assiette froide se figent très vite.

Ne pas oublier de tourner régulièrement la gelée, surtout en fin de cuisson.  C’est ce test de la goutte qui se fige qui doit déterminer si l’on arrête ou prolonge la cuisson.

Mettre dans des pots en verre propres et secs, les fermer et les retourner jusqu’au refroidissement.

Le moelleux salé du mercredi

Voici un petit moelleux salé très simple à réaliser et qui est un succès assuré auprès des enfants….et je peux vous dire qu’il l’a été auprès des grands aussi !!!

Ce moelleux est à base de jambon blanc, de gruyère et cache en son coeur un morceau de Kiri très fondant. Si faciles à faire que vos enfants pourront même mettre la main à la pâte !


Pour 6 moelleux

– 100 g de jambon blanc haché

– 80 g de gruyère râpé

– 3 oeufs

– 3 Kiri

– 60 g de farine tamisée

– 200 ml de lait

– 30 g de beurre doux

– sel et poivre

Dans une casserole, faire chauffer le lait avec le beurre en morceaux.  Ajouter le gruyère râpé et mélanger rapidement pour le faire fondre. Hors du feu, incorporer le jambon haché.

Préchauffer le four à 210°C.

Dans un saladier, battre les oeufs en omelette. Verser progressivement la farine et fouetter vigoureusement pour qu’il n’y ait aucun grumeau.

Ajouter le contenu de la casserole dans le saladier et mélanger le tout afin d’obtenir une pâte homogène. Saler et poivrer à votre convenance.

Répartir la préparation dans 6 moules à muffins beurrés (sauf s’ils sont en silicone) et disposer au centre de chacun la moitié d’un Kiri (que j’ai roulée en boule).

Enfourner et faire cuire 15 minutes.

Laisser légèrement tiédir les moelleux avant de les démouler.

Papillotes vigneronnes

C’est dans une (très) vieille revue que j’ai trouvé cette recette légère et savoureuse. En cette saison où le raisin est beau et abondant sur les étals, il faut en profiter pour le décliner version dessert ou version salée.


Pour 4 personnes

– 600 g de filet mignon de veau (j’ai remplacé par de la dinde)

– 1 grappe de raisin noir

– 1 échalote

– 1 branche d’estragon (facultatif, c’est pour la déco)

– 15 cl de vin blanc sec

– 50 g de beurre

– 1 c. à soupe de crème fraîche entière épaisse

– 1 c. à café de fond de veau déshydraté

– muscade, sel, poivre

– quelques courgettes pour accompagner

Dans une petite casserole, faire fondre l’échalote hachée sans coloration avec 20 g de beurre. Déglacer avec le vin blanc, puis ajouter le fond de veau, la crème et deux pincées de muscade râpée. Poivrer généreusement et laisser frémir deux minutes. Rectifier l’assaisonnement si besoin et mixer.

Préchauffer le four à 180°C.

Détailler le veau en lamelles épaisses. Les répartir sur quatre grands carrés de papier sulfurisé et ajouter les grains de raisin rincés et épongés. Ajouter enfin un bon filet de sauce.

Replier les carrés en papillotes et nouer les extrémités. Enfourner et laisser cuire environ 20 minutes.

Pendant ce temps, rincer les courgettes et les tailler en longs rubans avec un économe. Les plonger 2 minutes dans de l’eau bouillante salée. Les égoutter et les arroser avec le reste de beurre fondu.

Au moment de servir, poser les papillotes sur les assiettes et les entrouvrir. Répartir les courgettes autour et décorer éventuellement de plumets d’estragon.

Le biscuit rose de Reims

Tout le monde (ou presque) connaît le fameux petit biscuit rose né à Reims vers 1690. On le trouve couramment dans les grandes surfaces.

Pour que ce biscuit sans prétention révèle ses qualités, il faut le tremper dans du Champagne bien sûr….mais aussi dans du Porto, du lait, du café…On s’en sert également pour réaliser des tiramisu, des charlottes, verrines, etc…J’ai pioché la recette chez Isa.

Profitant d’une promo sur un site, j’ai acheté le moule à biscuits de Reims et je les ai aussitôt faits. Ils sont très simples à réaliser et le résultat est parfait tant par le goût que par la texture.

Ma fille les aime tellement qu’elle les mange tels quels, sans leur laisser le temps de faire trempette ! Donc, fini d’acheter ces biscuits dans le commerce….je ne regrette qu’une chose, c’est de ne pas avoir acheté 2 moules car une fournée ne suffit pas du tout, il faut en faire au moins 2, voire beaucoup plus !


Pour 6 plaques de 12 biscuits

– 5 gros oeufs ( environ 250 g )

– 290 g  de sucre

– 225 g  de farine

– 112 g  de Maïzena

– 5 g ( 1 cuillère à café de levure chimique)

– quelques gouttes de colorant rouge

– Sucre glace  pour saupoudrer

Faire monter au batteur les oeufs, le sucre et le colorant pour faire mousser le tout.  Tamiser la farine, la Maïzena et la levure.

Mélangez délicatement à la spatule les deux préparations.

Graisser la plaque à biscuits avec du beurre ou un spray d’huile et la fariner (les biscuits ont tendance à attacher sinon).

Remplir de pâte une poche à douille avec une douille lisse large, et remplir les cavités de la plaque à biscuits.

Saupoudrer de sucre glace et laisser croûter 20 minutes.

Préchauffer le four à 180°C .

Juste avant d’enfourner, saupoudrer à nouveau les biscuits de sucre glace et cuire 10 minutes.

Retirer la plaque à biscuits du four et démouler en s’aidant d’une spatule métallique.

Laisser refroidir sur une grille.

Conserver dans une boite en fer.

Petits flans de légumes

Il reste des courgettes et des tomates dans le jardin et c’est tant mieux car il y a mille façons de les accommoder et chez nous, nous aimons beaucoup les légumes ! Il y de nombreuses années que je fais ces flans qui font le régal des petits et des grands et je vous propose cette recette toute simple que je remets à l’honneur aujourd’hui.

Vous pourrez éventuellement servir ces petits flans aussi pour l’apéritif en les faisant dans des moules à mini-bouchées (temps de cuisson un peu réduit dans ce cas).


Pour 12 petits flans dans des  moules souples à briochette par exemple :

– 650 g de légumes (2 tomates et 2 courgettes)

– 1 oignon

– 20 cl de crème fraîche fleurette

– 35 g de maïzena

– 4 oeufs entiers

– 70 g de gruyère râpé

– quelques brins de persil (remplacés aujourd’hui par de la ciboulette)

–  sel, poivre

Laver les tomates et les courgettes et les couper en petits dés.

Mixer l’oignon et le persil. Mélanger tous les légumes.

D’autre part, dans un récipient, bien mélanger la crème, les oeufs, le gruyère le sel et le poivre. Ajouter ce mélange aux légumes.

Remplir les moules individuels (s’il s’agit de moule souple, penser surtout à le placer sur la grille avant le remplissage).

Faire cuire 40 minutes à four préchauffé th 180°.

Moelleux choco-vanille, coeur coulant chocolat au lait

Les moelleux sucrés au coeur coulant sont les goûters préférés de mon fils aîné…ça tombe bien, j’aime beaucoup les faire ! Aussi, ce week-end, pour l’encourager dans son travail assez ardu, je lui ai préparé ce délicieux moelleux dont au final, toute la famille a profité !

Un côté de ce petit gâteau est corsé en cacao et l’autre côté est très vanillé, le coeur coulant et onctueux  à souhait est composé de chocolat au lait/beurre/crème fraîche…une vraie gourmandise !


Pour 6 moelleux (moule à muffins en silicone pour moi)

– 120 g de beurre

– 110 g de farine

– 90 g de sucre en poudre

– 2 oeufs

– 1 gousse de vanille

– 35 g de cacao non sucré

– 100 ml de crème fleurette

Pour le coeur coulant

– 100 g de chocolat au lait à pâtisser

– 50 g de beurre

– 2 c. à soupe de crème fleurette

Faire le coeur coulant : faire fondre tout doucement le chocolat au lait avec le beurre et la crème dans une casserole. Bien mélanger jusqu’à l’obtention d’une crème homogène. Garnir des petits moules en silicone demi-sphères ou autres mini-bouchées et les placer au congélateur pendant environ 2 heures.

Faire le moelleux : Faire fondre le beurre au bain-marie ou micro-ondes.

Mettre la farine tamisée dans un saladier et y ajouter les oeufs un à un, puis le sucre, puis le beurre fondu. Mélanger afin d’obtenir une texture bien lisse.

Diviser la pâte obtenue en deux. Racler les graines de la gousse de vanille et les incorporer à l’une des deux moitiés de pâte.

Faire fondre le cacao dans la crème fleurette chaude puis le rajouter à l’autre moitié de pâte restante.

Verser dans les moules en silicone les deux pâtes en même temps à l’aide de deux cuillères à soupe. Remplir les moule environ au 2/3 pour avoir la place d’y ajouter le coeur. Réserver la pâte au frais éventuellement en attendant que les coeur aient fini de prendre au congélateur.

Préchauffer le four à 200°C.

Sortir les moules du congélateur et placer un coeur en chocolat (2 demi-sphères) au centre de chaque moelleux en appuyant légèrement. Enfourner de 10 à 12 minutes. Laisser un peu tiédir avant de démouler.

Petits biscuits croquants à la farine de châtaigne, huile d’olive et vin blanc

Après les croissants de lune aux noisettes,  je vous emmène dans les étoiles ! Mes beaux-parents qui vivent en corse, m’ont donné de la bonne farine de châtaigne bio et je vous propose donc ces petits biscuits très parfumés, aux saveurs si particulières, authentiques et vraiment délicieuses…à refaire car tout le monde les a aimés. Recette très simple à faire, trouvée sur le blog « j’en reprendrai bien un bout ».


Pour 60 biscuits environ

– 170 g de vin blanc sec

– 170 g d’huile d’olive

– 200 g de sucre

– 50 g de cassonade

– 1 sachet de sucre vanillé

– 1 c à c de bicarbonate

– 1/2 c à café de vanille en poudre

– 1 pincée de cannelle en poudre

– 1 pincée d’anis en poudre

– 1/2 c à café de fleur de sel

– 250 g de farine de châtaigne

– 400 g de farine blanche

Mélanger tous les ingrédients dans un saladier de manière à obtenir une pâte bien homogène. Ramasser en boule et réserver au frais pendant 1 heure.

Préchauffer le four à 190°C.

Fariner très légèrement un plan de travail et étaler la pâte au rouleau sur 1/2 cm d’épaisseur. Détailler à l’aide d’un emporte pièce et déposer sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé.

Saupoudrer les biscuits de sucre cristallisé et de vanille en poudre (j’ai zappé la vanille). Faire cuire 15 minutes.

Croissants de lune aux noisettes et à la vanille

Voici des petits gâteaux sablés qui sont absolument divins. Parfumés à souhait, très fondants en bouche, on ne résiste pas… la plat se vide à vitesse grand V ! De plus, ils sont très simples à faire et ils accompagneront à merveille une petite crème pralinée ou un bon café par exemple. Recette trouvée chez Lilizen.


Pour 40 petits gâteaux

– 250 g de farine

– 100 g de poudre de noisettes (ou de noisettes entières torréfiées et réduites en poudre, c’est encore mieux)

– 180 g de beurre ou de margarine

– 60 g de sucre roux en poudre

– 2 jaunes d’oeuf

– 2 sachets de sucre vanillé (que j’ai remplacés par un bon demi-bouchon de vanille liquide)

Pour l’enrobage

– sucre glace

– sucre vanillé

Dans un bol, mélanger la  farine, le sucre, la poudre de  noisettes et la vanille liquide.

Ajouter le beurre coupé en morceaux et les jaunes d’oeufs.

Travailler tous les ingrédients avec les doigts pour obtenir une pâte souple.

Former deux boudins de grosseur égale. Les entourer de film alimentaire. Puis les mettre au réfrigérateur pendant une heure au moins (vous pouvez même les y laisser toute la nuit, pas de problème, au contraire !).

Préchauffer le four à 160° C.

Couper des tranches de 1 cm d’épaisseur environ dans chaque boudin de pâte. Rouler chaque petit morceau de pâte en formant des bâtonnets un peu épais de 4 à 5cm de long. Former des petits croissants.

Poser les croissants sur une plaque de four tapissée de papier sulfurisé.

Enfourner 8 à 10 minutes jusqu’à ce que les croissants soient légèrement dorés.

A la sortie du four, rouler les croissants dans le mélange sucre vanillé-sucre glace. Pour ma part, je l’ai fait une fois que les croissants étaient froids. Cette opération est délicate, manier les biscuits avec précaution afin de ne pas les briser.

Petits pains au lait façon Pitch

Je crois bien qu’elle a fait le tour de la blogosphère cette recette, et dès que je l’ai vue, elle m’a particulièrement tentée. En ces premiers jours de rentrée scolaire, quoi de plus agréable que d’accueillir les enfants à l’issue de leur journée avec un goûter sain, léger et nourrissant…s’il en reste encore, ils seront toujours très appréciés au p’tit déj.

En tout cas, ces « pitch » maison ont eu bien du succès !! J’en avais fait 4 à la confiture d’abricots et 4 au chocolat noir….à vous de les garnir à votre convenance (pâte à tartiner, pâte de spéculos, confiture au choix, chocolat au lait etc..).


Pour 8 jolis pitch

– 200 ml de lait

– 1 cuillère à café très rase de sel

– 40 g de sucre en poudre

– 30 g de beurre

– 350 g de farine  (vous pouvez aussi utiliser la farine à brioche type Francine)

– 1 sachet de levure de boulanger (ou 15 g de levure fraîche)

Pour la garniture

– à votre convenance chocolat, confiture etc…

Mettre tous les ingrédients dans l’ordre dans la machine à pain en programme pâte (ou pétrir  à la main pendant 10mn et laisser doubler de volume environ 1h30). Pour ma part, j’ai fait la pâte dans le thermomix comme d’habitude.

A la fin du programme, partager la pâte en 8 boules égales. Les étaler en ovale (pas trop grands ni trop fins quand même), les tartiner de confiture ou de Nutella, ou de 4 carrés de chocolat, puis les refermer en rabattant les bords puis en les soudant bien entre-eux (sinon la garniture peut s’échapper pendant la cuisson). Les déposer sur du papier sulfurisé ou un tapis en silicone sur une plaque et les laisser lever 30mn (une heure pour moi), à température ambiante.

Les badigeonner de lait (pour plus de brillant, vous pouvez rajouter un jaune d’oeuf au lait avant de badigeonner).

Enfourner 15 mn dans le four préchauffé à 200°C.

Dégustés à la sortie du four, ces petits pains sont encore meilleurs !

Pêches rôties à la pistache et à la vanille

Je vous propose aujourd’hui une autre déclinaison de la pêche….sans doute ma préférée !

Imaginez une pêche toute dorée, fondante, très vanillée, parsemée de pistache, dégustée chaude avec une boule de glace à la pistache…c’est tout simple à réaliser et c’est un vrai régal !


Pour 4 personnes

– 4 pêches jaunes

– 50 g de pistaches crues décortiquées (non salées bien sûr)

– 1/2 gousse de vanille

– 80 g de beurre

– 40 g de sucre

– 4 boules de glace à la pistache

Faire fondre le beurre sur feu très doux avec la vanille fendue en deux (je l’ai grattée). Ecumer la mousse puis transvaser (sans verser le fond) mais en gardant la vanille. Réserver.

Couper les pêches en deux, ôter le noyau. Piquer quelques pistaches dans la chair. Hacher les autres pistaches et réserver.

Mettre les demi-pêches dans une poêle, arroser de beurre vanillé. Faire dorer doucement en retournant régulièrement les pêches pendant une douzaine de minutes en arrosant de temps en temps de beurre vanillé.

En fin de cuisson, saupoudrer de sucre pour les caraméliser un peu.

Déposer les pêches sur les assiettes de service, les napper d’un peu de beurre vanillé tiède. Parsemer de pistaches hachées et servir aussitôt accompagné d’une boule de glace à la pistache par exemple.

Gâteau amaretti aux pêches

La pêche jaune fait partie de mes fruits d’été préférés et on peut la décliner à volonté. Cette recette est extraite du dernier Maxi-Cuisine.

Ce gâteau est assez original : sa texture est ultra fondante et légèrement humide, et après avoir passé quelques heures au frigo, il constitue un délicieux dessert très rafraîchissant.


Pour 6 à 8 personnes

– 1 kilo de pêches jaunes

– 175 g de biscuits à la cuillère

– 150 g d’amaretti (que j’ai remplacés par des coques de macarons)

– 3 oeufs

– 100 g de sucre en poudre

– 100 g d’amandes effilées

– 1 citron

– 1/2 c. à café d’extrait de vanille

Réserver une pêche pour la décoration. Plonger les autres 2 minutes dans une casserole d’eau bouillante. Les égoutter, les peler et bien les écraser à la fourchette avec une cuillère à soupe de jus de citron. Laisser tiédir.

Emietter finement les amaretti et les biscuits à la cuillère. Fouetter les jaunes d’oeufs avec 80 g de sucre, ajouter la purée de pêches, puis les biscuits émiettes et la vanille.

Monter les blancs en neige et les incorporer à la préparation. Beurrer un moule de préférence avec un fond amovible.

Saupoudrer le fond et les parois du reste de sucre et de quelques amandes effilées. Verser la préparation et parsemer du reste d’amandes effilées.

Faire cuire 45 minutes au four préchauffé à 180°C.

Laisser refroidir avant de démouler. Couper la pêche restante en lamelles, citronner et décorer le gâteau. Réserver au frigo (au moins 3 heures, c’est meilleur).

Vous pouvez servir ce gâteau à l’assiette accompagné d’un coulis de framboises.

Clafoutis lorrain

Un ami vient de m’offrir quelques mirabelles et j’en ai profité pour faire illico ce clafoutis repéré dans le dernier numéro de Maxi-Cuisine. Un dessert tout simple et vraiment très bon qui permet de manger des fruits de saison. Personnellement, j’ai trouvé ce clafoutis encore meilleur après plusieurs heures passées au frigo.


Pour un gros clafoutis

– 700 g de mirabelles

– 4 oeufs

– 80 g de sucre en poudre

– 4 grosses c. à soupe de farine

– 20 cl de crème fleurette

– 10 cl de lait

– 40 g de beurre fondu

– 1 c. à café de zeste de citron râpé (je vous conseille d’en mettre moins…juste un peu !)

– 1 c. à soupe de liqueur de mirabelle ou de rhum ambré

– 1 sachet de sucre vanillé

– 2 c. à soupe de pistaches crues décortiquées

Laver et dénoyauter délicatement les mirabelles. Les disposer serrées côte à côte dans un moule beurré.

Fouetter les oeufs,  le sucre et une pincée de sel dans un saladier. Ajouter la farine, la crème, le lait, le beurre fondu, la liqueur (ou rhum) et le zeste de citron. Mélanger jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène. Verser sur les mirabelles.

Cuire 45 minutes au four préchauffé à 180° C. Quelques minutes avant la fin de cuisson, saupoudrer avec le sucre vanillé.

Au moment de servir, parsemer sur le clafoutis les pistaches concassées.

Duo choco-badiane sur coulis de mûres

C’est la saison des mûres et il en reste encore et encore après la confection des pots de gelée pour les décliner en délicieuses verrines. Cette alliance de crème mousseuse au chocolat au lait délicatement parfumée à la badiane sur un coulis de mûres est des plus agréables à déguster.

A préparer cinq à six heures au moins avant la dégustation.


Pour environ 5 verrines

– 400 g de mûres

– 100 g de chocolat au lait à pâtisser

– 200 ml de crème fleurette très froide

– 1 ou 2 étoiles de badiane

– 50 g de sucre spécial confiture ou gelée

Dans une casserole, mettre les mûres et le sucre. Ajouter 25 cl d’eau. Porter à ébullition et laisser cuire pendant 6 minutes.

Retirer du feu et mixer finement. Passer à travers un chinois pour obtenir un coulis parfaitement lisse.

Répartir ce coulis dans le fond des verrines et réserver au frigo.

Porter à ébullition 100 ml de crème puis ajouter les étoiles de badiane. Hors du feu, laisser infuser 10 minutes. Retirer les étoiles de badiane et porter à nouveau à ébullition.

Dans un saladier, casser le chocolat au lait en morceaux et verser la crème bouillante dessus en fouettant pour que la crème soit très lisse. Laisser refroidir.

Monter le reste de crème en chantilly bien ferme et la mélanger soigneusement au chocolat anisé.

Recouvrir le coulis de mûre de cette crème chocolatée et réserver au frigo pendant au moins 4 heures avant de servir.