Confiture de prunes sauvages : 2ème édition

Me revoilà avec un nouvel article sur les prunes sauvages. En postant il y a quelques jours la recette improvisée de la confiture de prunes sauvages que l’on m’avait offertes, je ne pensais pas que cela susciterait autant d’intérêt de la part de certains visiteurs de ce blog…je remets ça aujourd’hui après une belle cueillette (6 kg et autant qui nous attend !) d’une variété différente… et d’une façon de faire également différente grâce à vos conseils écrits dans vos commentaires du premier article …merci encore à vous qui avez partagé votre manière de procéder !

prunes sauvages

Pour environ 3 pots

– 1 kilo de petites prunes sauvages non dénoyautées

– 700 g de sucre cristallisé

Dans le récipient  de cuisson, mettre les prunes non dénoyautées et le sucre (cette fois, je n’ai pas laissé macérer toute la nuit, mais cela est possible et peut-être mieux).

Porter à ébullition tout en remuant de temps en temps. Laisser bouillir à petits bouillons jusqu’à ce que les noyaux commencent à apparaître à la surface (au bout environ de 30/40 minutes). J’ai vite vu à ce stade qu’enlever les noyaux allait être mission impossible, en tout cas trop longue et fastidieuse. Donc, j’ai suivi ici les conseils de Nathalie qui conseillait dans mon premier article d’utiliser le moulin à légumes. Ce fut une merveille d’efficacité et de rapidité.

En faisant bien attention de ne pas se brûler, verser peu à peu la confiture dans le moulin à légumes. Vous récupérez ainsi tous les noyaux (ils étaient bien petits ceux-là !) avec une facilité déconcertante.

Remettre alors la confiture (texture homogène sans morceaux) à cuire jusqu’à ce qu’elle commence à se figer lorsqu’on la met dans un petit bol. J’ai ainsi laissé cuire en tout depuis le 1er bouillon environ une heure.

Verser dans des pots propres et secs, retourner les pots jusqu’au refroidissement.

DSCF9408


20 réflexions sur “Confiture de prunes sauvages : 2ème édition

  1. quelles belles photos!
    et quelle peche!
    l’arbre croule sous les prunes.
    a bientôt

  2. Elle doit être délicieuse cette confiture!

    J’ai mis en ligne la recette modifiée à la fraise & agar agar et au thermomix!!
    En fait c’est toujours la même base, 800g de fruits, moitié moins de sucre (voir pas du tout à tester en fonction des fruits) et 2g d’agar agar. Les temps de cuisson, tu en trouves dans le livre « la cuisine thermomix au quotidien », c’est comme ça que je fais!

    Bisous

  3. merci pour cette nouvelle recette. Les photos sont très jolies, ainsi que le montage !

    Je vais m’attaquer à la première de suite…

  4. Bonjour Couleurdevie,
    par l’odeur des prunes sauvages alléchée, je suis venue et découvre avec plaisir ton blog. C’est la première fois que je cuisine des prunes sauvages, je les ai trouvées par hasard au bois (les pruniers croulaient sous les fruits, au milieu des ronciers), il y en a encore plein mais je n’ai plus de force dans les bras, entre les mûres, les pommes, les sorbes, le sureau, je n’ai pas arrêté depuis dix jours. Je suis contente de lire dans les commentaires (sur l’autre billet sur les prunes sauvages, un peu plus rouges) qu’elles ont un goût délicieux, c’est vraiment mon opinion car je ne suis pas fan de confiture de prunes habituellement ! Tes photos sont très belles et… Miam, je lèche la cuillère avant de repartir !

  5. J’ai oublié de dire que les miennes (prunes sauvages rouges, violettes ou jaunes), je n’ai pas réussi à les dénoyauter : la chair restait vraiment collée au noyau… J’en ai donc fait essentiellement des gelées plus quatre misérables pots de confiture après avoir passé plus d’une heure à couper quelques « joues » bien dodues !

  6. Ce ne serait pas de la confiture de marmotier par hasard ? 😉 Je suis allée en vacances vers Briançon et j’ai découvert cette confiture qui est en effet excellente ! Le confiturier m’a dit que c’était une variété de prunes sauvages que l’on ne trouvait que dans le Briançonnais et la photo est exactement la même que la tienne !

  7. SABRINA, c’est un prunier sauvage qui est dans un champs à 50 mètres de ma maison et j’habite non loin de Saint-Etienne (loire). Il s’agit de mirabelles sauvages (je crois en tout cas) et elles sont assez acides natures….quasiment plus en confiture. Je pense qu’il doit exister beaucoup de sortes de pruniers sauvages.
    Bon week-end
    Françoise

  8. Bonjour vous me rassurez vraiment je pensais que ces prunes n ‘étaient pas comestibles je vous remercie infiniment malheureusement elles sont dénoyautées elles macèrent depuis 2 heures mais je mettrai qq noyaux dans
    la bassine. cordialement chantal les images sont superbes!!!

  9. Bonjour

    Je viens de faire de la confiture de prunes sauvages rouges, mais j’ai enlevé tous les noyaux avant cuisson.

    1 Kg de prunes dénoyautées, rajouter 800 g de sucre en pierre et laisser macérer toute la nuit

    Cuire environ 45 minutes le lendemain

    Bonnes confitures

    Josy

  10. Merci pour cette recette et surtout l’astuce pour les noyaux et du coup pas un morceau !
    Quand on a un mari qui supporte pas la peau ni les morceaux c’est cool !

    4 kg de prune du jardin, mes confiot sont magnifiques !

    A+

  11. Merci pour cette belle recette .Je vais en faire bientot ! Vos confiture de prune ont l’air très bonne .Les photos sont très alléchantes.

  12. L’astuce du moulin légumes pour trier les noyaux était la bien venue pour moi (car l’année dernière j’en avais pris des ampoules aux doigts à dénoyauter les prunes) mais malheureusement mon moulin légumes ne devait pas être très adapté, car …. tous les noyaux se coinçaient sous l’aileron de malaxage et impossible de tourner !!! j’ai du les oter un à un !! (heureusement mon mari m’est venu en aide !!) Néanmoins ma confiture a été délicieuse … ouf !
    Il suffit d’avoir un moulin super costaud !! 😉

  13. Hello Françoise,
    Elle doit être trop bonne ta confiture.
    Ces prunes me rappellent la mirabelle, un de mes fruits préférés.
    Bon début de semaine
    Bisous

  14. Martine
    Confiture de prunes sauvages en cours…

    Je dénoyaute les prunes d’abord. Mais, pour ne pas retrouve la peau et les morceaux, à mi cuisson (20 minutes), je passe au moulin à légumes et je remets sur le feu 20 mnutes. On peut parfumer également avec un bâton de cannelle et quelques clous de girofle ajoutés en début de cuisson.

  15. SUPER !!!!! je viens d’en faire plusieurs pots en un rien de temps. J’ai passé au moulin à légume, c’est un jeu d’enfant, c’est super de ne pas à avoir à dénoyauter.
    La confiture est EXTRA !! une de mes préférées à faire.

  16. Hello Françoise,
    Miam miam la bonne confiture.
    Cette année je n’en ai fait qu’à l’abricot.
    Bonne fin de mardi
    Bisous

  17. Ces prunes sauvages peuvent être du Myrobolan, prunier sauvage de Turquie et environs, implanté chez nous depuis belle lurette et utilisé comme porte-greffe vigoureux. Existe en jaune et rouge foncé/chair vert-jaune/peau épaisse et arrière gout de pomme. Et les récoltes sont « mirobolantes » (tiens tiens !). Elles se conservent peu longtemps. Gardées au frigo, elles peuvent tenir 10-15 jours mais l’acidité se marque fort. Congelées dénoyautées, placées séparées sur une plaque, elles peuvent servir dans des clafoutis (avec des amandes….) ou des gâteaux. Les mettre surgelées dans la préparation : elles s’oxydent très vite. En confiture, juste dénoyautées, avec 1kg sucre par kilo net, 20 à 30 minutes de cuisson, vous avez un goût fort de fruits confits.
    Si les arbres sont en terrain un peu humide, elles rendent beaucoup de jus. Vous pouvez en faire une grenadine
    Mais de tous mes essais sur mixé ou entières, les différentes doses de sucre, agar-agar/pectine/citron, c’est celle ci-dessus qui reste dans le top familial.
    Amicalement

  18. Bonjour,
    Je suis passée hier sur votre page, et aujourd’hui ma confiture de prune sauvage est prête!!!
    Merci pour l’astuce des noyaux, cest très efficace.
    Bonne journée.

  19. Mon voisin a le même prunier sauvage que le mien qui donnent des petites prunes jaunes très acides. Chaque été nos pruniers ploient sous le poids de leurs fruits. Mais je n’ai jamais fait de confiture ! Je ne sais pas faire !
    Quand j’ai vu mon voisin ramasser ses prunes je lui ai demandé ce qu’il en faisait et il m’a dit : des confitures ! Bonnes ? Très bonnes ! Me voila partie cueillir des prunes. Environ 3 kg. J’essaie de dénoyauter mais renonce vite. Il faut que je trouve une astuce ! Je vais faire une recherche sur internet et je tombe sur votre site. Je file au supermarché acheter du sucre, le moulin à légumes et du vitpris. En effet, j’ai suivi le conseil de mon voisin d’utiliser le vitpris ! En trois coups de cuiller à pot, la confiture était faite, délicieuse et mise en (5) pots. Le moulin à légumes a parfaitement fait son office. Je pense continuer à en faire en modifiant le parfum à chaque fois. Gingembre, cannelle, vanille …

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s